24 août

Au petit jour, nous marchons encore et sommes en pays inconnu. Le bataillon est isolé. Le long de la lisière d’un bois, on fait halte. Des marocains, de l’infanterie coloniale, passent en se traînant plutôt qu’ils ne marchent. Quelques-uns sont blessés. Le commandant nous fait présenter les armes.Gallica-marocainLe soleil se lève. Nous rebroussons chemin. La compagnie s’installe sur une crête qui domine le bois que nous venons de quitter.

On fait des tranchées dans les champs. A 10 heures, nous étions installés ; à part un ou deux guetteurs par section*, tout le monde dort dans la tranchée au soleil.

Gallica-Tranchée6Vers 11 heures, une corvée* d’eau descend vers un village que nous avons à droite, à 2 km en avant de nous. Son nom, je l’ignore.

La corvée ne tarde pas à revenir, affolée et sans eau, disant qu’elle a aperçu des uhlans*.

Le capitaine Aubrun examine la campagne à la jumelle. Au même instant, des balles sifflent à nos oreilles. Nous nous replions au pas de course.

Un de mes amis a le sac troué par une balle. Il en est fier.

Il est 13 heures quand nous atteignons un nouveau village qu’on dit Thonne-le-Long. Après une halte non loin de là, dans un pré où nous mangeons d’excellentes pommes, nous changeons de position et dormons tout l’après-midi dans un bois de sapin.

Vers 5 heures, nous partons. Le temps est splendide.

À peine avons-nous quitté le village que des shrapnels [1] (voir figure) éclatent non loin de nous. On prend à travers champs. Les hommes des sections, armés de cisailles, ouvrent un passage dans les haies, coupent les fils de fer.

La nuit tombe, mais nous sommes en dehors de la zone des obus.

Nous nous retrouvons bientôt sur une grand-route après avoir laissé un petit village qui doit être Avioth. Une pauvre femme, ramenant sa vache, nous y a demandé, éplorée, ce qu’elle doit faire : on ne croit pas à une retraite possible et on lui conseille de rester.

Nous traversons un assez gros village où beaucoup d’automobiles sont stationnées. On s’informe : c’est Thonne-le-Thil.

Il est 11 heures quand, après de multiples pauses, nous atteignons un champ où nous formons les faisceaux*. C’est notre cantonnement* bivouac.Gallica-bivouac2Le ravitaillement est là. Les distributions se font bien et les cuisiniers d’escouade réussissent à préparer quelque chose. On s’endort sur la terre, la capote* sur la tête. Il fait très froid.

Parcours d’Émile Lobbedey et de son régiment du 1er au 24 août 1914

Parcours d’Émile Lobbedey et de son régiment du 1er au 24 août 1914

Shrapnel


[1] Shrapnel : Arme antipersonnel : obus rempli de projectiles, du nom de l’inventeur du minuteur qui provoque l’explosion, le général anglais Henry Shrapnel. L’obus libère 200 à 300 balles de plomb capables de percer un crâne non casqué. Par extension, on appelait aussi shrapnells les éclats d’obus.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.