7 septembre – Chapitre IV Bataille de la Marne

Thiéblemont Favresse

Plan07-09-14Extrait de la carte d’état-major – Source : Géoportail

Au point du jour, le commandant nous fait communiquer un ordre qui émane du général en chef ; il faut résister coûte que coûte jusqu’au dernier, vaincre ou mourir.

Favresse est abandonné. Les compagnies partent chacune dans une direction au-delà du village. Vers la voie ferrée Vitry-le-François Saint-Dizier.

Nous restons dans le village avec le commandant qui s’assied sous un gros chêne.

La 5e compagnie est partie sur la route ouest vers la voie ferrée de Vitry-le-François à Saint-Dizier. Je communique plusieurs fois des ordres au capitaine Aubrun qui se trouve dans un fossé, le long d’une haie à la sortie du village.

Je me promène dans le village et rentre dans quelques fermes où se promènent de la basse-cour et quelques porcs. Tout est abandonné.Gallica-fermeabandon

Vers 9 heures, je vois Carbonnier avec un cheval et un chariot qui est revenu de Thiéblemont et repart au grand galop. Il a chopé la bonne place. Sans doute a-t-il apporté des outils ou des munitions.

Vers 10 heures, un gros obus tombe juste en face de nous dans une épicerie ; nous sommes aveuglés un instant, c’est tout. Nous allons voir les dégâts.

Soudain d’autres obus arrivent. Nous quittons en vitesse notre coin pour nous poster vers l’ouest. Nous passons dans un jardin où le commandant et nous, mangeons quelques prunes.

Puis, petit à petit, nous nous replions vers une ligne d’arbres peupliers qui se trouvent à 1500 mètres de nous.

Devant nous, par petites portions, nous voyons également arriver les compagnies. Il y en a une, la 6e, on ne sait où elle est.

Nous étions sur le côté gauche de la route face à Favresse. Vers midi, nous passons dans les champs sur le côté droit. Les compagnies font des mouvements dans tous les sens.

Nous nous rencontrons avec le capitaine Dazy, commandant le 1er bataillon.

Celui-ci dit au commandant Saget qu’il a de la chance d’avoir sa liaison avec lui car la sienne s’est volatilisée.

Les obus éclatent en grand nombre autour de nous.ExplosionOBUS14Nous nous couchons, suivant le commandant chaque fois qu’il se déplace, et il le fait souvent.

J’apprends que c’est le capitaine Dazy qui commande le 1er bataillon en remplacement du commandant Brion blessé le 28 août, et le capitaine Vasson le 3e [bataillon] en remplacement du commandant Dumont qui est mort de ses blessures.

Jusque 4 heures de l’après-midi, nous attendons, couchés en plein soleil sous les obus. Devant nous une bonne partie du village brûle. Des obus tombent aussi sur Thiéblemont.

Vers 4 heures, le commandant Saget crie « En avant ! » et s’élance, suivi par nous. Aussitôt une quantité d’obus percutants et de shrapnells* tombent autour de nous. Je vois le culot d’un obus qui roule par terre, dégageant une forte poussière, et me frôle le pied droit.

Le commandant court à l’abri derrière trois meules de paille. Nous le suivons, plus morts que vifs. Gallica-repos4-Meule
Vers 5 heures, nous repartons en hâte vers la rangée de peupliers ; les obus cessent un peu de tomber.
Tout Favresse est en flammes, un nuage de fumée s’en dégage.CP-favresse_1914

1914 favresse1

Favresse, images extraites de « Les champs de bataille de la Marne »

1914 favresse

Favresse, images extraites de « Les champs de bataille de la Marne »

Les compagnies se replient, mais pas au goût du chef de bataillon qui m’envoie les rallier et le [bataillon] faire obliquer à droite vers la rangée de peupliers qui se trouvent sur la droite de la route, face à Thiéblemont.

Je m’élance à travers champs, vois quelques fractions et tombe enfin sur l’adjudant Mouchy, de la 7e compagnie, qui a rallié une centaine d’hommes. Il est très déprimé et m’annonce la mort du sous-lieutenant de réserve X (j’ai oublié le nom).

N’en pouvant plus, je m’arrête près d’un caisson d’artillerie. CaissonArtillUn artilleur me donne de l’eau et un Pernod trouvé dans les caves de Thiéblemont. Il me conseille de m’y rendre. J’accepte et reste encore un peu. Deux soldats de ma compagnie, perdus, arrivent sur ces entrefaites. Nous partons bientôt tous trois vers Thiéblemont par un chemin de terre. Le soir tombe.

Les obus ne tombent plus et notre artillerie s’est tue. Après une heure de marche, nous croyant parfois perdus et interrogeant chaque militaire rencontré, nous arrivons sur la route de Favresse à Thiéblemont, à la lisière du village. Je rencontre le bataillon dont les cuisiniers font popote, les feux sont allumés et le ravitaillement arrivé. Je ne songe plus à aller dans le village, heureux de retrouver la liaison.

On sort des bottes de paille d’une grange. On les étale le long du mur et nous nous étendons dehors, près du commandant. Les compagnies bivouaquent en plein champs.CP-bataille-marne14 Je suis malheureux car mes démangeaisons continuent.

Dans la nuit, je vais au village voir le médecin major Mialaret. Je le trouve couché sur un lit infect, dans un réduit abandonné. Il me conseille de me laver au pétrole, car l’onguent gris [1], il n’en a pas, pas plus que du pétrole. Il faut que je me débrouille. Je le quitte, pleurant de misère.

Je me rends dans une ferme où je trouve une lampe à pétrole. Je sors et me déshabille dans la rue. Je trouve des ciseaux dans une maison abandonnée et dévastée du docteur du pays. J’agis selon les conseils du major. Cela brûle énormément ; je suis un peu soulagé. Je remets mes effets et rentre à la liaison d’une mélancolie inouïe. Quelle vie !

 


[1] Onguent gris : Médicament à base de résine, de corps gras et de divers principes actifs, destiné à être appliqué sur la peau (sorte de pommade). L’onguent gris était utilisé comme antiparasite.


Voir en vidéo : La bataille de la Marne
(Extrait du journal télévisé de France 2, daté du 06 septembre 2014)

1 réflexion sur « 7 septembre – Chapitre IV Bataille de la Marne »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.