15 septembre

Nous quittons au petit jour et reprenons la grand-route de Vitry-le-François vers Sainte-Ménéhould. Le temps est gris, il pluvine un peu. La troupe recommence à sentir les mêmes fatigues qu’au moment de la retraite. Depuis longtemps nous portons le sac, ne voulant pas le confier à des chariots, avec neuf chances sur dix de ne plus le revoir.

Beaucoup ont un sac boche et en majeure partie, tout le monde a un sac.
Mais que contient-il [1] ? Peu de linge certes ; quelques provisions bien maigres peut-être. Enfin, on a un sac qui est comme un ami, son chez soi, dans la dure vie que nous menons. De plus, c’est commode, cela vous sert d’oreiller la nuit et de siège dans les pauses et les grands stationnements.

Nous revoyons bientôt des endroits qui nous reviennent à la mémoire, en particulier la gare de Sainte-Ménéhould et le pont que nous traversons.

CP-SteMenehould-pontExtrait de la carte d’état-major – Source : Géoportail

Nous faisons la pause. Il peut être 8 heures et demie. Nous repartons bientôt et traversons la ville.

À l’entrée d’une rue, des jeunes filles ont leur tablier rempli de fruits.

En deux minutes, c’est distribué. Un peu plus loin, nous passons devant un établissement d’éducation hospice ; les bonnes sœurs sont à la porte avec des paniers remplis de tranches de bon pain. La séance recommence. En deux minutes, c’est enlevé. Je leur dis de songer à la queue de la colonne qui n’a jamais rien.

Nous sommes dépourvus de tabac depuis deux jours. Le cycliste file dans toutes les directions. Il nous rejoint à la sortie de la ville, bredouille. Les débits sont fermés et deux ouverts étaient vides. Cela pèse beaucoup aux fumeurs.

Nous faisons une longue pause à la sortie. Il peut être 10 heures. La ville commence à s’animer ; à notre passage, en battant en retraite, c’étaient le deuil et la mort. A défaut de tabac, nous avons quelques bouteilles de vin ; on les boit avec le bout de pain des bonnes sœurs et les fruits des habitants.

Il est midi quand nous repartons. Nous filons vers on ne sait où. Toujours en avant ! Il y a quelque temps, c’était la fuite éperdue.

À différentes reprises, nous faisons de longues pauses. On dirait que l’ennemi est proche. Nous arrivons bientôt à La Neuville-au-Pont que nous traversons sans nous arrêter.

Des patrouilles* circulent en tous sens.Gallica-patrouille

Nous avons à gauche un petit bois qui est fouillé ( ?). Nous faisons une nouvelle pause durant laquelle une patrouille amène un boche qui peut à peine se tenir debout.

PrisonnierAlld Il déclare au sergent Gibert, interprète, qu’il a été abandonné là ce matin. On lui prend ses armes, des boutons, etc. Il se laisse faire en souriant et a l’air d’être content. C’est une « bonne patte ». On l’amène avec nous. Les boches ont, pour protéger le canon de leur fusil de la pluie, un petit système posé sur le bout du canon. EmboutFusilAlldLe chapeau de cet appareil peut s’ouvrir pour tirer.

C’est la première fois que nous voyons cela et le boche en souriant nous montre le système.

Bientôt, nous nous arrêtons longuement. Le soir va tomber. On se demande ce qu’on va faire.

Enfin, nous partons, fourriers* ensemble, vers un village distant de 4 km afin d’y faire le cantonnement*. Des troupes y sont déjà. Il peut être 8 heures. À la mairie, on a quelques indications sur le coin désigné par l’état-major pour nous.

Vers 9 heures, une lanterne à la main, je reçois la compagnie sur la route. Tout le monde s’installe. Il pleut un peu. Pas de ravitaillement. Le village doit être Vienne-la-Ville.CP-VienneLaVille4


[1] Le Havresac et son contenu : en savoir plus à cette adresse http://www.lesfrancaisaverdun-1916.fr/uniforme-equipement.htm#havresac

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.