21 septembre

Repos à la ferme de Moiremont

Moiremont0914b

Troupes au repos à la sortie de Moiremont – 1915.07.15 ©Ministère de la Culture (France)

On se lève tard et chacun procède à sa toilette. CP-toiletteCe n’est pas du luxe. Enfin, en s’aidant mutuellement, à cinq ou six, les fourriers, mes camarades et moi, et mettant tout en commun, fortune et ingéniosité, on réussit à avoir un seau, de l’eau, un bout de savon et une serviette. Nous nous lavons les uns après les autres. Une brosse de cheval nous vient à point, on peut se décrotter un peu dans la cour de ferme, sous une espèce de hangar, par rang d’ancienneté. Mais il faut attendre au lendemain, car rien n’est encore complétement sec. Quant à du cirage, le nécessaire, du savon en quantité suffisante, il ne faut pas y songer. Ici le nécessaire est du luxe.

Que de travail pour se réapproprier ! Je suis dénué de tout et une immense tristesse s’empare de moi !

Enfin, ce sera tout un problème à résoudre que de trouver des boutons pour remplacer les disparus, du fil pour les coudre, changer de linge avec une seule chemise, réparer ses chaussures sans cordonnier, se faire couper les cheveux sans coiffeur, se laver sans savon, etc., etc…

Ce sera le moment d’être dégourdi et de se débrouiller. Je remets tout cela au lendemain.

Pour aujourd’hui, occupons-nous de l’estomac, car on annonce que le ravitaillement est arrivé. Nous allons chercher nos vivres que, dorénavant, nous toucherons à part pour la liaison qui comprend une douzaine de membres. Le clairon Gauthier a pris l’habitude avec René, l’agent mitraille, et le cycliste Crespel, de faire la cuisine à la condition que chacun y mette du sien. Nous faisons donc un feu, aidons tous du mieux que nous pouvons. On sent qu’on commence à s’organiser. Vers midi, nous nous restaurons. Il commençait à être temps ; car voici bien cinq jours que nous n’avions réellement avalé quelque chose de cuit.

La grande souffrance du moment est le manque de tabac. Voici huit jours que je vis sur le compte de Gauthier qui, à présent, est lui-même dépourvu. On demande une cigarette à tous les amis qu’on rencontre, même aux cavaliers dont quelques-uns logent dans la ferme. Presque toujours c’est un refus, soit que le camarade est dépourvu de tabac comme soi-même, soit qu’il garde son bien ; et bien souvent un camarade vient vous trouver vous-même pour la même question. C’est une désolation parmi toute la troupe.

Dans l’après-midi, je vais voir mon cousin Louis, sergent à la 8e compagnie. Nous n’avons aucune nouvelle de chez nous. En sa compagnie, j’écris aux nôtres une carte que nous signons tous deux. Il possède un paquet de tabac. On fume une cigarette que je ne céderais pas pour 10 francs. D’ailleurs, que faire de son argent, puisqu’on ne peut rien se procurer ?

Je le quitte pour me rendre au village de Moiremont où je réussis, par une savante plaidoirie, à avoir un bout de pain frais du boulanger. C’est plus que délicieux !CP-MoiremontcVers le soir, je prends le parti de laver mon linge dans un seau, sans savon. Il séchera la nuit. Je dormirai bien sans linge, en ayant bien vu d’autres. Je n’aurais jamais cru cependant en arriver là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.