23 septembre

Relève* devant Saint-Thomas

Nous partons de bonne heure avec le commandant Jeannelle à notre tête.

Après une marche assez rapide dans des champs et des chemins de terre boueux où nous enfonçons jusqu’à la cheville, nous arrivons à une position que nous quittons bientôt pour une autre. Les compagnies s’enfoncent dans un bois (le ) ; les éléments de tête se trouvent à la lisière.

CarteEM-Lobbedey230914

Carte d’État-Major (Supplément à l’Écho de l’Argonne) ayant appartenu à Émile Lobbedey

Le temps est splendide. Défense de faire du feu. Avec le commandant, nous nous étendons sous des arbres. Le colonel et son état-major attendent non loin comme nous. Je communique plusieurs fois au capitaine qui se trouve à 300 mètres. Chaque fois je réussis à abattre quelques fruits qui sont les bienvenus par mes camarades de la liaison.

Vers 2 heures, je vois arriver à cheval le capitaine garde de l’état-major de brigade. Le colonel part avec lui et revient bientôt.

Nous partons vers 3 heures. Bientôt, nous tombons sur une route qui nous dirige vers Vienne-la-Ville. Avant d’y arriver, nous tournons à droite. Il peut être 4 heures et nous faisons une longue halte.

Nous prenons ensuite à gauche et commençons à monter une colline au bout de laquelle se trouve le village de Saint-Thomas. Les champs, à droite et à gauche de la route, sont couverts de cadavres de chevaux et de caissons d’artillerie boche abandonnés. Gallica-ChevauxTues3L’air et pestilentiel. À mi-pente, il peut être 5 heures, nous faisons la pose et attendons.

Le commandant part seul, laissant son bataillon, et prend ses fourriers et son cycliste avec lui. Nous traversons le village qui ressemble presque aux villages dévastés des environs de Vitry-le-François.

StThomas15

Saint-Thomas, vue d’ensemble du village avec ses destructions – 1915.07.20 ©Ministère de la Culture (France)

Nous n’entendons pas le canon et le soir tombe.

Nous descendons la route de Servon, éloigné de 4 km. Nous pressons le pas et bientôt, marchons dans les fossés sur les côtés de la route. On approche de l’ennemi, car les balles, de temps en temps, sifflent à nos oreilles. Il faut se coucher et se relever pour faire un bon rapide. Quelques shrapnells* éclatent également au-dessus, non loin de nous.

En route, nous voyons une batterie d’artillerie dissimulée dans un boqueteau.

BatterieCamouflee

Canon en batterie : essais – 1915.07.16 ©Ministère de la Culture (France)

Enfin, un peu essoufflés, nous arrivons. Le commandant nous fait prendre un petit chemin de terre à droite, nous fait coucher contre une petite dépression de terrain et nous quitte pour revenir bientôt.

Il commence à faire froid. Il tombe quelques gouttes de pluie. Il est 7 heures.

CP-Abri2Nous faisons 200 mètres avec le commandant, rencontrons un boqueteau à notre droite et nous arrêtons contre un talus très élevé. Contre ce talus est installée une espèce de cabane de fortune, faite de rondins et de branchages, ainsi qu’un petit abri dans le même style tout à côté. Nous y voyons un chef de bataillon du 51e avec cette liaison.

Nous quittons nos sacs, les quatre fourriers, et après avoir reçu les instructions du commandant, rebroussons chemin vers Saint-Thomas afin de remonter nos compagnies respectives.

Le crépuscule est tombé. Il peut être 8 heures. Je rencontre bientôt le capitaine Aubrun que je conduis jusqu’à la cagna [1] du 51e. De là, la compagnie est menée à son emplacement par un agent de liaison, section par section, de la compagnie relevée. C’est la première relève* de tranchée.

Après avoir reconnu le poste de commandement de mon chef, je rentre près de la liaison.

Le 51e s’en va et nous nous installons tant bien que mal. Il fait un froid de loup.


[1] Cagna (écrit parfois Kania par Émile Lobbedey) : Abri léger, dans la terre ou fait de boisages, où peuvent se tenir les combattants en cas de bombardements ou d’intempéries par exemple. Les abris de première ligne peuvent être dénommés cagnas mais c’est relativement rare. Le terme s’applique davantage aux secondes lignes et en deçà. Le mot est d’origine indochinoise, sans doute transmis par des troupes coloniales.
Renvois : Abri, Gourbi, Guitoune

VienneLeChateau-APD0000592Campement de la Houyette : soldats avec le nouveau casque – 1915.07.21
© Ministère de la Culture (France)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.