2 octobre

Les jours se suivent et se ressemblent. On commence à désespérer d’être relevés [1].

Dans l’après-midi, profitant d’une communication au capitaine, je vais voir quelques amis dans le bois : la sectionen réserve, car il n’y a que trois sections en ligne.

Vers midi, ce sont toujours des obus jusque 2 heures. On connaît l’heure.

Les nuits sont toujours froides. On se réveille les pieds gelés. Les repas, à part celui que nous prenons à minuit et qui est en moitié chaud, sont toujours froids. De plus, l’abus de conserve fait que beaucoup se plaignent de diarrhée. J’en ai ma part.

 


[1] La relève : c’est le remplacement d’une unité par une autre dans les tranchées. Opération dangereuse car bruyante et conduisant au regroupement d’un grand nombre de combattants, elle se fait généralement de nuit. Sa périodicité n’est pas fixée strictement, mais une unité en première ligne est généralement relevée au bout de quatre à sept jours. La relève s’effectue par les boyaux.

2 réflexions sur « 2 octobre »

  1. TURBANG Jean-Marie

    Petit fils d’Eugène OGET, mort à Vienne-le-Château en septembre 1914, je vous suis infiniment reconnaissant pour votre initiative. Grâce à vous, je complète mes informations qui restent malheureusement fort incomplètes. Comme beaucoup de ses camarades de guerre, mon grand-père est resté dans l’anonymat, on n’a jamais retrouvé son corps. En ce mois de septembre, je suis retourné au Bois de la Gruerie pour me recueillir et penser davantage à lui.
    Avec toute ma sympathie.
    Jean-Marie Turbang

    Répondre
    1. Eric MALVACHE Auteur de l’article

      Lorsque j’ai commencé ce travail il y a plus d’un an, j’ai pensé (avec l’arrivée du centenaire) qu’il était temps de ne plus garder ce récit (égoïstement) pour moi, qu’il était temps de le faire connaitre et de le partager. Une idée déjà ancienne que je n’avais pas pris le temps de réaliser. La relecture de ces cahiers, durant l’été 2013, m’a renforcé dans cette conviction !
      Je suis très heureux de voir que le récit d’Émile Lobbedey contribue à éclairer, parfois expliquer ou repréciser, le passé de bien d’autres de ses compagnons (d’infortune).
      Qu’il puisse, encore en 2014, apporter, à vous comme à d’autres, des éléments d’informations mêmes succincts sur le passé de vos proches est une grande satisfaction.
      Merci de votre témoignage.
      Bien cordialement

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.