8 octobre

On se lève tard. Les nuits sont excellentes dans un pays comme celui-ci à en juger par celle que nous venons de faire.

Je vais prendre le café avec mon cousin Louis. Il est installé avec sa section* non loin de moi.

Dans la matinée, des chasseurs à cheval stationnent près de notre demeure. Ils me donnent quelques feuilles de papier à cigarettes. Quelle aubaine !

Je passe une partie de la journée à aider Lannoy dans son travail de comptabilité.

Dans l’après-midi, le bruit court que des cas de fièvre typhoïde [1] se sont déclarés dans le bataillon. Aussitôt, on ajoute qu’il est isolé et ne repartira plus au feu. La vérité et qu’un soldat de la 5e, Chollet, coiffeur, a apparence de typhoïde. Il est évacué le soir même.

Dans une maison voisine, la liaison de la compagnie fait des crêpes. J’en mange quelques-unes. C’est délicieux. Vers 5 heures, les sous-officiers de la compagnie sont rassemblés en cercle près d’un talus, non loin du cantonnement*, et une discussion épique [2] a lieu sur la religion : Gilbert, Pellé et Boutillier sont les plus acharnés.


[1] Fièvre typhoïde, ou typhoïde : maladie infectieuse, contagieuse et transmise aussi par l’eau et les aliments, due à une salmonelle, caractérisée par une fièvre, un état de stupeur et des troubles digestifs.

[2] Épique : (ici familier et ironique) mémorable par son caractère pittoresque, extraordinaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.