28 octobre

On a dormi un peu. Au petit jour, l’arrivée de nos cuisiniers nous met aussitôt debout. On allume un peu de feu et on fait chauffer le café.

VienneLeChateau-APD0000693Nous ne recevons pas d’obus dans ce coin. Pourquoi, nous ignorons.

Je n’ai pas eu à communiquer cette nuit. Je vais chercher le rapport du matin et manque de m’égarer. Heureusement, je m’en aperçois à temps, sinon je courais droit sur la première ligne, trop veinard de ne pas être vu de l’ennemi.

Dans l’après-midi, le vaguemestre* arrive avec des lettres, des bulletins des armées et un nouveau petit journal hebdomadaire à nous : L’Écho de l’Argonne. Je porte mon stock au PC de la compagnie.

EchoArgNov14Dans la journée, des corvées* viennent à plusieurs reprises prendre des bombes et des cartouches. On me dit que c’est un enfer et qu’il y a plusieurs tués.

Vers le soir, le capitaine demande à cor et à cris des rondins afin de pouvoir couvrir certaines parties de tranchées* où les hommes sont exposés aux bombes ennemies qui foisonnent.

À la tombée de la nuit, des corvées viennent en prendre au PC en quantité.

Je communique vers 9 heures et vois, étendu près du PC du capitaine, un brave garçon qui va mourir d’une balle à la poitrine, le soldat Massy [1] de la classe 1913. Cela me fait pitié.


 [1] Massy : s’agit-il de MASSY Léon ?
Voir ci-dessous la fiche Mémoire des Hommes qui, en dehors de la date de décès (19 novembre 1914 au lieu du 28 octobre) mais aussi de l’année de la classe (1912), pourrait correspondre.
FicheMDHarchives_H750117R

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.