16 novembre

Relève au bois de la Gruerie

C’est ce soir que nous relevons. Nouvelle toujours pénible à apprendre. Ce maudit bois est donc notre lot, il nous en aura fait voir de drôles.

La journée se passe à se préparer, à s’approvisionner en conserves, bougies, tabac et allumettes.

On attend ensuite de communiquer l’heure du départ. Le temps se maintient beau. C’est déjà un grand avantage.

Dans l’après-midi, Carpentier et moi réussissons à avoir les bandes molletières* commandées. Joie nouvelle.

Nous partons vers 5 heures comme cela commence à devenir l’habitude. Le capitaine Sénéchal est à cheval en tête avec Jacques, le maréchal des logis de liaison.

Nous suivons en groupe. Derrière nous vient le bataillon. Le temps est sec. Cela nous change de la pluie. Il a gelé et il fait bon à marcher.

Nous faisons la pause au parc d’artillerie et repartons bientôt pour la Placardelle.

Il fait un beau clair de lune. Si les boches sont calmes, nous ferons une belle relève.

TomeVI

16 novembre (suite)

À la cote 211, les officiers descendent de cheval. Ceux-ci, conduits par les ordonnances et Jacques, vont cantonner dans une ferme à la Grange au Bois, village situé à 3 km de Florent et 4 de Sainte-Ménehould.

Extrait de la carte d’État-major – Source : Géoportail

À la Harazée, nous laissons les cuisiniers des officiers et partons aussitôt sans pause vers la première ligne. Le secteur est calme. Le terrain assez bon. Grâce à la clarté de la lune, on peut se guider un peu. Nous sommes contents.

Il peut être 8 heures quand nous arrivons au poste du colonel où nous faisons une halte d’une heure, tandis que le capitaine Sénéchal se trouve avec le colonel.

Il fait froid et nous sommes gelés.

Bientôt nous repartons, traversons la clairière dans le plus grand silence et tombons enfin au même secteur [?] que nous quittâmes quelques jours auparavant.

16-22nov14 272e archives_SHDGR__GR_26_N_734__001__0065__T

Plan extrait du J.M.O.* du 272e régiment d’infanterie (26 N 734/1) – 16 au 22 novembre 1914

Jamais relève ne se fait plus facilement. Chacun connaît son coin. J’accompagne le capitaine Aubrun qui retrouve son gourbi* avec satisfaction.

Peu après, je suis avec Blanchet occupé à m’installer dans le gourbi que j’ai cédé aux officiers du 272e. Ce gourbi est vide et transformé en mieux. Il y a une table et un banc et deux banquettes couvertes de paille en guise de couchettes. C’est une aubaine pour nous. Les autres de la liaison sont installés. a6_agents_de_liaisonÀ deux dans un tel gourbi, nous serons des rois. Nous allumons une cigarette avant de nous étendre. Rien à signaler tout est calme. C’est donc le sourire aux lèvres que nous nous endormons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.