19 novembre

Au petit jour, nous entendons une fusillade assez nourrie, suivie d’explosions nombreuses. Je cours au PC du capitaine Aubrun. Celui-ci est sur les dents, prêt à toute éventualité tandis que le 272e se tient à la disposition du capitaine commandant le bataillon.

On rend compte au capitaine de la 5e compagnie que c’est l’ennemi qui, voyant les carrés grillagés protégeant la tranchée, a dirigé un feu nourri tandis qu’il envoyait quantité de bombes sur ce pauvre rideau de protection qui n’a eu aucune vertu et est en miettes.

On déplore quelques blessés et un tué dont j’apprends le nom avec douleur : Georges Huyghe [1], un grand ami du pays, sergent-chef de section, tué au créneau en faisant le coup de feu avec ses hommes. Le sergent Collin, chef de section, est blessé également. Le capitaine est désemparé. Deux de ses chefs de section partent. Devant moi, il pleure et c’est un spectacle navrant.

Je rentre au PC du bataillon rendre compte au capitaine Sénéchal et retourne au PC de la compagnie où doit arriver le corps du héros. Celui-ci arrive tandis que les brancardiers sont déjà là. Nous recueillons ses papiers, le sergent major et moi, son portefeuille, son porte-monnaie, et adressons un au revoir à la dépouille dont la balle ennemie a ouvert le crâne.

Delporte me console car c’est un nouveau deuil pour mon cœur d’ami. Je passe mon après-midi sans goût et j’écris aux parents du malheureux camarade tombé ! Le vaguemestre* arrive sur ces entrefaites. Je reçois un mot des miens ainsi que de René Parenty, lieutenant, de mes meilleures relations. Cela me remonte un peu. Blanchet assure entièrement le service de liaison.

Vers le soir, une petite fusillade éclate et le 272e prend aussitôt position. Ce n’est qu’une fausse alerte. Le temps se maintient toujours beau, sec. Il gèle à pierre fendre, la clarté de la lune donne l’illusion qu’il fait jour.


[1] Georges Huyghe : Il s’agit de Georges Gaston HUYGHE, voir ci-dessous la fiche Mémoire des Hommes.

FicheMDHarchives_G100652R

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.