24 novembre

On parle encore du capitaine de Lannurien qui peut prendre le commandement du bataillon. On dit également que le sergent major de Brésillon de la 8e brigue la place d’adjudant de bataillon. On dit également que nous partons ce soir. On dit tant de choses au cantonnement* et les cuisiniers savent tant et tant.

Vers midi cependant, une note arrive, disant que 5e et 7e se rendront le soir à une position au-delà de la Harazée dans le bois. Le capitaine, accompagné du sergent Régnier, commandant la 7e compagnie, part reconnaître.Cote211-archives_SHDGR__GR_26_N_340__002__0197__T

Contrordre arrive ensuite, car c’est au petit jour que la position doit être occupée. Je ne comprends rien à une telle chose. La seule qui m’intéresse est de savoir si je suis la compagnie ou reste ici au chaud. La décision vient du capitaine Sénéchal : je reste. Heureux suis-je !

Après avoir vécu dans l’anxiété, je passe l’après-midi tranquillement, attendant le retour du capitaine.

Je le vois le soir à table. La compagnie va quitter à 1 heure du matin pour rentrer la nuit suivante.

Je ne suis pas rentré près de mes amis de la liaison quand, de la rue, j’entends une formidable explosion à 100 m derrière moi. Un obus est tombé dans le cantonnement de la compagnie.

J’accours de nouveau au logis du capitaine. Quelques minutes après, Lannoy vient nous dire qu’un obus est tombé dans une grange face à l’habitation.

On déplore la perte de trois tués et de deux blessés.

Le sous-lieutenant Vals flegmatiquement appelle Chopin et lui crie « Chopin, passe-moi les biscuits ! ». Il est permis de ne pas s’affoler ; mais je trouve cela du cynisme. Le capitaine a plus de cœur et donne, les larmes aux yeux, des ordres d’évacuation de la grange et de resserrement de la compagnie. Il n’y a pas de cantonnement vacant, force lui est donc de garder la compagnie sur son emplacement et d’y rester lui-même. L’obus, d’ailleurs, n’est qu’un obus égaré car tout rentre dans le calme.

Je vais donc rejoindre mes camarades, prenant sur moi de faire donner la sépulture aux trois braves défunts.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.