28 novembre

Relève au bois de la Gruerie

Rien de particulier aujourd’hui. Notre vie continue calme et paisible, malgré quelques rafales d’obus dont on entend les explosions plus ou moins proches. Le village est respecté. J’opine de plus en plus à croire que l’obus de l’autre soir est un obus lancé au hasard.

Les nouvelles nominations paraissent vers 10 heures. Blanchet est nommé caporal. Je le félicite, mais le brave me quitte les larmes aux yeux.

Pignol lui succède. C’est un bon garçon, très intelligent, chanteur comique de talent.

Nous pouvons à présent nous ravitailler pour quelques menus objets aux hommes des voitures qui font, à notre satisfaction, un léger commerce de bougies, tabac et allumettes.

Dans l’après-midi, nous recevons l’ordre de relève*. On s’y attendait. Préparatifs habituels. Le temps, quoique sombre, n’est pas pluvieux. Décidément la chance sera peut-être avec nous.

Nous mangeons rapidement à 5 heures. À 7 heures, nous partons pour La Harazée et le bois.

sem_marche_en_argonne_1915

Dessin de Sem, Quelques dessins de guerre, 1915-1916 – Source : http://www.dessins1418.fr/wordpress/

Malgré l’obscurité, le trajet qui n’est pas long d’ailleurs, se passe bien. Nous arrivons une heure après avec le bataillon qui suit. Au lieu de prendre le chemin habituel, nous obliquons à gauche, au milieu du village, et faisons la pause à l’entrée d’un parc. C’est le château, dit-on, résidence de la brigade.

VienneLeChateau-APD0000585Nous passons la grille d’entrée, suivant le capitaine Sénéchal, et nous arrêtons près de la demeure, vaste, remplie de dépendances et encore belle malgré son abandon des propriétaires et une occupation militaire de deux mois.

Nous voyons d’autres officiers du bataillon à relever que rejoignent bientôt ceux de nos compagnies. J’apprends que nous sommes en réserve à l’entrée du bois, dans la direction du Four de Paris.

La relève ne tarde pas à se faire. La compagnie passe. Pignol, mon agent de liaison*, la suit pour en reconnaître l’emplacement après s’être informé et avoir su que le PC du capitaine Sénéchal serait ici.

Non loin, la compagnie est sur ses emplacements. Il fait une obscurité profonde. Il a fallu escalader des talus glissants, passer à travers bois, etc… Quant à Blanchet, il lui faut rentrer. Au risque de se casser le cou, il descend tout ce qu’il avait escaladé, glissant, butant, pestant. Il aperçoit heureusement quelques lumières. C’est le village de La Harazée. Plus moyen de se perdre.

Il arrive au château, assez heureux de retrouver son sac près du mur contre lequel il avait laissé. Il peut être 11 heures quand après vingt minutes de recherches, il me retrouve et me rend compte de son expédition.

Notre logis se compose de deux gourbis* sordides qu’occupaient les agents de liaison du bataillon relevé. On se partage les logements, attendant le départ des troupes du 72e que nous remplaçons.

Après leur départ, il peut être minuit, on s’y installe pour la nuit. Le feu pétille, on alimente et on dort à poings fermés, roulés dans sa couverture. Le temps est à la pluie et le vent souffle en rafales. Heureusement du bon feu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.