5 décembre

Florent

Nous sommes harcelés de grand matin par quantité de notes se rapportant à la tenue, à l’armement, aux séjours aux tranchées*, à la nourriture. Vraiment c’est fastidieux et notre repos à nous, agents de liaison*, n’est jamais qu’un demi-repos.

Dans la matinée, le capitaine passe une revue de la compagnie, à laquelle j’assiste en greffier peut-on dire. J’inscris pas mal de choses manquantes et défectueuses. Je vois Blanchet, nouveau promu, à la tête de son escouade.

Dans l’après-midi, c’est une revue du chef armurier. Comme c’est moi qui dois m’occuper des armes dans la compagnie, je suis de nouveau tenu deux heures.

Nous touchons de nouveau des effets de tous genres, pantalon, maillot, peau de mouton même, chemise, chaussettes. Ce n’est pas un mal. On ne fait que commencer à donner le nécessaire à chaque homme. Ce qui manque le plus, ce sont les brodequins que l’on touche rarement et Dieu sait si on en use.VienneLeChateau-APD0000666

Le bien d‘un repos comme celui-ci est que la troupe peut se ravitailler sur place. Des épiceries sont ouvertes en grand nombre, contenant un peu de tout, jusque du mauvais champagne payé très cher. Un débit de tabac un peu achalandé permet aux fumeurs de faire leurs provisions. Je songe cependant au pauvre homme qui ne reçoit rien de chez lui et qui ne peut rien s’acheter.

Par charité, je m’intéresse à un brave garçon orphelin et lui fait nettoyer mes affaires afin de pouvoir lui donner une pièce. Pour moi, c’est un gros avantage. Et pour lui, c’en est un aussi. Me voici donc à partir d’aujourd’hui pourvu d’une ordonnance.

Le sergent major Lannoy m’invite dans la soirée à manger à la popote des sous-officiers de la compagnie. Il a trouvé un local. J’accepte pour le lendemain.

Le temps est propice depuis notre arrivée. Je souhaite qu’il y ait gelée, car rien n’est plus désagréable que pluie et boue.

On n’entend plus parler d’un bombardement de Florent. Et quelques obus du dernier séjour n’ont eu aucun résultat et n’ont pas été suivis d’autres.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.