26 décembre

http://i.imagesde14-18.eu/1200x1200/CP_SENELET_0069-52075.jpgÀ 11 heures Jean Carpentier est parti. Je me réveille, lui souhaitant bonne chance. Il me couvre aimablement, et sort. Je repique au somme interrompu, voyant en image ce que d’ailleurs je devrai faire moi-même mon camarade, glissant dans la boue, butant, s’égratignant les mains, passant sur le dos des hommes étendus dans la tranchée*, surprenant un veilleur somnolent qu’il menace, se trompant ou croyant se tromper, revenant sur ses pas où pestant, se renseignant, trouvant enfin le chef commandant de compagnie demandé ; redégringolant se cognant dans l’obscurité à un homme qui proteste, butant la tête à une pierre. C’est une ballade agréable en vérité et quel résultat !

Je suis réveillé. Il est près de 2 heures. Jean est près de moi et sa colère s’exprime simplement « Tu sais, mon vieux… » cela en dit long.

http://www.dessins1418.fr/wordpress/wp-content/uploads/2014/04/segonzac_endormi.jpg

Soldat endormi, peinture de André Dunoyer de Segonzac, 1916 – Source : http://www.dessins1418.fr/wordpress/

Je pars à mon tour et le rêve devient une réalité bien triste assurément. Tout va passablement. Je file directement à la 6e compagnie ; je vois le capitaine Claire qui me signe mon papier et me recommande de ne pas manquer les sentinelles qui dorment. Il est occupé d’ailleurs à envoyer la demande de passage en conseil de guerre du soldat Godart, surpris 2 fois par lui en plein sommeil étant sentinelle.

Godart est un ex élève officier de réserve, première classe de la 5e compagnie, cassé par le capitaine Aubrun pour manque de courage vis-à-vis de l’ennemi est passé à la 6e comme 2e classe. Je ne le plains pas ; les lâches, il n’en faut pas. Je file par la tranchée vers la 5e compagnie ; je vois l’adjudant Drion de la 6e ; puis Gibert de la 5e, Culine adjudant, Pellé. Je fais une bonne pause en fumant avec eux : la nuit calme. Je descends ensuite chez le capitaine Aubrun : celui-ci s’ennuie à veiller et me retient pour causer une demi-heure.

Je rentre au gourbi, c’est la meilleure façon de ne pas me perdre ; j’ai mon idée. Je fais un chemin un peu plus long mais au moins je sais où je suis. Laissant le gourbi* je file par la tranchée qui se trouve derrière nous, occupés par la section du sergent Tercy ( ?) de la 7e. Ainsi j’arrive la 7e compagnie puis à la 8e où je trouve le lieutenant Régnier ; je vois Louis mon cousin dans la tranchée, c’est un cri de joie ; ne sachant où se trouve le chemin du retour il m’aiguille. En route je rencontre Sauvage sergent fourrier* de la 7e en ronde également ; il se plaint amèrement qu’il fait noir ; je ris beaucoup, heureux d’avoir fini. Je rentre et me couche : il est près de 5 heures du matin.

Je me réveille à l’arrivée des cuisiniers, j’étais profondément endormi. Le café est vite sur le feu. Le temps est sec ; je me secoue un peu à l’extérieur et rentre vivement, car il fait froid. Il ne tardera pas à geler.

Le secteur est assez calme, à part de rares fusillades et quelques obus qui tombent assez loin de nous. La 6e compagnie et une partie de la 5e compagnie, à part la section du sergent Vaucher, sont tranquilles. Mais les 7e et 8e compagnies ont l’ennemi à 30 m, des boyaux pris d’enfilade ; l’ennemi d’ailleurs est assez actif et les bombes tombent dru.

Carpentier va communiquer une note. Il revient disant qu’il a rencontré 2 hommes tués dans le boyau. Il n’a lui-même eu que le temps de s’aplatir et de ramper, car les balles ont salué son passage.

La journée se passe tranquillement, sinon la visite Desplats qui toujours bondit comme un homme caoutchouc et vous frôle avec la rapidité d’un express. Après avoir conféré longuement avec le capitaine Sénéchal il retourne suivi du lieutenant Péquin qui l’accompagne un bout de chemin. Passant devant nous, (nous sommes cachés dans l’abri), seul le cycliste Cailliez se trouve dehors, il aperçoit un vieux pantalon qui se trouve à 30 m de l’abri, dans les buissons. Ils s’arrêtent, demanda Cailliez ce qu’il est : « cycliste », lui montre le pantalon, les yeux lançant des éclairs, et lui dit « vous rentrerez dans le rang ». Le pauvre Cailliez, excellent soldat, qui n’est pas responsable d’un vieux chiffon des temps anciens laissé par un inconnu, est tout désolé. Il faut que le lieutenant Péquin de retour l’appelle en riant et lui dit de ne pas « se taper » (?).

La journée se passe à communiquer quelques ordres, à assister à l’aller et au retour des cuisiniers dans le costume et le chargement portique qui leur est propre, à écrire chez-soi et à regarder souvent si l’ami Desplats n’est pas visible à l’horizon. Cet homme est notre cauchemar.

leroux_cortege

Le cortège des cuistots, dessin de Pierre Lissac – Source : http://www.dessins1418.fr/wordpress/

Le soir tombe. La nuit sera bonne, car nous ne faisons des rondes qu’une nuit sur deux. Nous sommes bientôt allongés côte à côte et nous plongeons à corps perdu dans les bras de Morphée.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.