27 décembre

Toute la nuit il pleut. Ce n’est pas la gelée rêvée. Heureusement que nous avons bien couvert notre toit sinon nous serions inondés. Malgré quelques gouttes qui dans quelques coins tombent une à une, nous sommes assez à sec. Quel temps ! Heureux suis-je de ne pas avoir une ronde à faire cette nuit !

Vers 6 heures nous nous levons, car malgré tout les gouttes d’eau s’accumulent et finissent pour tremper nos couvertures. Gauthier et Jombart ne tardent pas à arriver. Jombart nous remet des lettres. J’en ai une de ma chère mère ainsi qu’un colis de friandises au milieu desquelles se prélasse un flacon de rhum. Il est le bienvenu et vidé aussitôt entre nous, car on ne sait jamais ce qui peut arriver d’heure en heure. Aussi profitons-en tout de suite.

La pluie a cessé. Mais quel boue dehors, la route est un torrent impétueux et les pauvres cuisiniers passent dans l’eau tranquillement jusqu’au-dessus de la cheville. Boyau dans la boue (Les Éparges)Quant à l’intérieur l’eau tombe toujours goutte-à-goutte et fini par faire des flaques d’eau. On place dans les sacs dans les coins où il ne pleut pas.

Toute la journée c’est un temps pluvieux qui pousse à la mélancolie.

Vers 10 heures nous tardons pas avoir bondir vers nous le commandant Desplats. Celui-ci m’attrape au passage et me dit « conduis-moi à ta compagnie ». Je file donc devant lui. Près du boyau dont nous allons faire l’ascension, les cadavres ont reçu une sépulture.

Prenant le capitaine Aubrun au passage, nous arrivons aux tranchées. Là, c’est une scène épique. Le commandant adresse dans son langage à lui la parole à chaque poilu. Quelques anecdotes méritent ici d’être reproduites.

Arrivant près d’un vieux caporal réserviste, le commandant en tenue de simple soldat, un vieux képi sur la tête, car il ne faut pas être vu par l’ennemi est malheureusement vu lui faire supposer qu’on est officier sinon c’est une balle rapide, bien tirée et souvent mortelle, le commandant qui nous précède tape sur l’épaule du poilu et lui dit : « me reconnais-tu ? – » Le caporal un peu la tête en l’air, lui tend la main « toi, tu dois être un type que j’ai connu aux tirailleurs » – « non, mon ami, je suis ton colonel ! » Et le commandant s’en va, laissant le caporal ahuri, morfondu et même a-t-on dit malade.

Plus loin, arrivant près de mon camarade le sergent Cattelot le chef lui dit montrant le parapet de la tranchée « il y a un boche ! ». Le sergent qui possède un calme parfait regard le parapet où il n’y a rien et l’officier qui trépigne « v’là un boche ! » Hurle ce dernier, tandis que Cattelot comprend de moins en moins. Alors fou de rage le commandant saisit le fusil et la baïonnette du sergent et fait la parodie d’une enfilade de boche qui aurait le toupet de se présenter sur le parapet de la tranchée, flanquant coups de pied, coups de crosse à des ennemis imaginaires qui l’entourent de tous côtés. Puis rendant l’arme au sergent ahuri, « fais en autant » lui dit-il. Alors j’assistais au spectacle grotesque de mon camarade se livrant à une gymnastique et à une escrime à la baïonnette effrénée sous le regard sévère de l’officier qui disparaît, tandis que le sergent est encore occupé à parer des coûts supposés.

Plus loin à 25 m mêmes demande, même cri « v’là un boche ! ». Le poilu, un loustic, à assister de loin à la scène Cattelot. Aussitôt, il s’élance sur le parapet : j’ai cru qu’il devenait fou. Pour récompense avec un sourire béat, le commandant lui remet une cigarette, tandis que l’entourage a toutes les peines du monde à ne pas pouffer de rire.

Nous continuons et tombons sur le vieux caporal Marie engagé volontaire de 50 ans. Celui-ci est nommé sergent sur l’heure.

Plus loin avisant un poilu de 20 ans « tu connais le caporal Marie ? » Lui demande le commandant. Sur l’affirmative de l’homme « eh bien ! Il est sergent ! ça t’épate, hein ? ». L’homme n’en est pas encore revenu.

Nous tombons dans le mauvais coin. Là un grand gaillard lance des grenades. « Halte ! » Crie le commandant. Et avisant le type « combien saurais-tu commander d’hommes ? 50 ? » Le bonhomme interpellait regard le vieux petit troupier inconnu et dans son patois montmartrois « tu parles, mon vieux, 50 ! » Dit-il d’un ton gouailleur « tu veux dire 25 ? » Et le commandant se tournant vers le capitaine Aubrun « vous proposerez cet homme pour le grade de caporal » dit-il. L’autre apprenant qu’il venait de tutoyer le commandant du régiment et qu’il serait caporal n’eut plus la force de continuer sa besogne.

Le commandant file vers la 6e compagnie, tandis que je rejoins mon poste et pas tout le temps du repos à raconter la bonne blague entendue.

L’après-midi se passe tranquillement sans trop d’obus, mais avec le bruit fréquent de mitrailleuses qui tirent. Le caporal Lionney, un de mes amis du pays, est avec la 7e dans un blockhaus et ne laisse pas les boches en repos. Vers 4 heures, se montre le sergent Noël blessé à la tête qui s’en va et me souhaite bonne chance ; nous nous embrassons.

Ce soir, c’est notre équipe qui va s’appuyer les rondes. À la tombée de la nuit, je reçois ma feuille : ronde à 11 heures. Carpentier doit en faire une à 5 heures du matin. Je le traite de veinard. Il aura sa nuit complète et le petit jour pour se guider. Nous faisons du chocolat à la fin de notre repas. Nous allions tout avaler quand je conseille d’en garder un peu jusqu’au lendemain afin que le matin nous n’ayons qu’à le réchauffer et le boire plutôt que le sempiternel café. Nous jouons aux cartes jusqu’à l’heure de ma ronde. del8_bronet_001z

Jean assez triste me cause de sa famille et de ses papiers qu’il ne faudrait envoyer que le territoire libéré : il est de Roubaix. Je le regarde et le traite de fou : qu’est-ce qui lui fait dire cela ? Tout de même la gaieté revient, on s’amuse follement dans une manille effrénée et c’est un spectacle peu banal de voir 4 salles, boueux, hirsute, assis sur le sol, dans une cahute, à la lueur vacillante d’une bougie et près d’un grand brasier, s’amusant aux cartes. Notre abri doit avoir tout l’air d’un abri de rouleurs sans foi ni loi.

À 11 heures je pars faire ma tournée et le clair de lune aidant je suis assez bien mon itinéraire.

Secteur Z :  En première ligne, casemate d'un canon de 65 - 1916.05.23 ©Ministère de la Culture (France) - Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine - Diffusion RMNVoici la 6e, la 5e compagnie, le capitaine Aubrun qui se repose ; je passe de là à la 7e où je rencontre le sous-lieutenant Fournier ; à la 8e, je vois mon cousin Louis, Lyonnet qui ne tire pas pour ne pas être repéré par le feu de sa mitrailleuse ; je me buque à un canon de 65 de montagne, Louis s’amuse de mon effarement ; enfin je rentre à bon port. Cela m’a pris 2 heures. Je suis sale mais je n’ai pas eu de pluie.

Je m’étends près de mon ami Carpentier sans le réveiller à la lueur du foyer qui se meurt. Je dors bientôt.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.