3 janvier

Repos à Florent

Fatigué je ne tarde pas à m’étendre, car les émotions et les deuils m’ont brisé. Je dors d’un sommeil agité et si peu. Vers 3 heures je suis debout et sort afin d’attendre le bataillon.

Après 2 longues heures d’attente, je reçois le capitaine Aubrun qui ne demande qu’à dormir. La compagnie est rapidement placée. Je m’accapare alors de Culine et Lannoy à qui je donne ma chambre du père Louis avec qui ils déclarent faire excellent ménage.

Je file rapidement vers Gallois et l’amène à la chambre Jombart qui est levé car il a entendu l’arrivée du bataillon. Une minute après côte à côte dans le lit Gallois et moi souriant de bonheur nous dormions à poings fermés. Jamais je n’ai si bien apprécié un lit.

Nous dormons sans nous éveiller jusque 2 heures. À 3, nous nous levons, ne doutant pas qu’on a déjà cherché après nous. En effet quantité de notes sont déjà là pour nous harceler. Il faut copier et communiquer. L’une d’elles déclare que le sous-lieutenant Vals  prendra le commandement de la 8e compagnie, le sous-lieutenant Carrière, ex sous-officier des sapeurs-pompiers de Paris, nouvellement arrivé, celui de la 7e. De ce fait chaque compagnie possède un seul officier, la 6e deux. C’est maigre et la nouvelle ne plaît pas au capitaine Aubrun que je trouve encore au lit : on lui enlève son lieutenant ; voilà donc 4 chefs de section dont 3 sergents.

À ma rentrée Jombart m’annonce que le lieutenant Carrière est déjà arrivé et qu’il prend notre chambre que quelqu’un lui a indiquée. Force nous est de nous incliner. Mais Jombart et débrouillard. En haut de notre logis il y a une espèce de chambre dans le plus grand désordre. Une corvée* est déjà commandée pour un nettoyage complet. On s’y installera. Il y a un lit et un sommier, une table, 2 chaises et un lavabo. Nous serons encore et malgré tout des princes.

Le soir ne tarde pas à arriver. Nous allions nous mettre à table quand Gallois est appelé par le commandant Desplats pour une question de renforcement des barreaux des échelles du cantonnement afin de prévenir les accidents. Voilà Gallois bien ennuyé et qui dès la première heure demain devra se mettre à l’œuvre afin de rassembler des corvées, trouver des bouts de bois, du fil de fer, faire faire le travail proprement. Quel repos !

Après le repos, rapidement je monte vers la chambre nettoyée l’après-midi. Elle est propre sans aucun luxe. Gallois et Jombart me suivent. Nous installons un peu le tout afin de nous faire un intérieur et roulé dans nos couvertures nous nous étendons sur le sommier Gallois et moi, tandis que Jombart couche sur le parquet. Il y aura un tour parmi nous 3 d’ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.