23 janvier

La journée se passe calme comme toutes les journées qui vont suivre probablement.

Nous nous levons à 6h30, nous débarbouillons dans la cuisine et avalons le chocolat. Licour nous brosse et nous astique, Lannoy et moi, nous sommes donc cirés et propres, ce qui ne nous était arrivé de longtemps. Puis c’est l’arrivée de nos amis qui viennent boire le chocolat et repartent à leur section, tandis qu’au bureau nous nous plongeons dans les paperasses, fournissant états sur états au bataillon qui nous harcèle.

Nous avons cette chance de ne pas aller au rassemblement de la compagnie qui part à l’exercice dans une direction ou une autre.

Depuis huit jours il fait un temps splendide par ici, très sec, mais horriblement froid. Le soir brille un beau clair de lune et il gèle.

À 10 heures la compagnie se rassemble et je vais lire le rapport du jour, après avoir vu le capitaine. Aujourd’hui nous apprenons que le capitaine de Lannurien et Sénéchal sont avec le commandant Vasson faits chevaliers de la Légion d’honneur.

Le capitaine vient au bureau pour régler quelques questions d’ordinaire. On décide d’acheter un veau. Nous en achetons un à la famille Adam. Massy le boucher est chargé de le tuer. Il est capable, Massy, il nous fera du boudin, le brave. Du boudin de veau ? Le capitaine n’a pas l’air de s’y connaître beaucoup en charcuterie. On le fait venir [Massy]. Tout est réglé. On tuera le veau demain matin. 

J’avertis Pignol, Jeanjeot et Boulanger de leur affectation aux E.S.O. [élèves sous-officiers].

Puis à 11 heures nous sommes à table jusque midi, mangeant tranquillement en famille. Jamesse nous annonce que si tout va bien, sa mère doit arriver aujourd’hui. Pourra-t-elle arriver incognito ? Le cher camarade va tâcher de lui trouver un logis. S’il n’en avait pas, nous céderions volontiers notre chambre. Cattelot a été voir le lieutenant Carrière. Le peloton des élèves caporaux commencera demain.

Nous nous replongeons dans les paperasses jusque 4 heures, tandis que nos amis sont de nouveau à l’exercice.

Puis c’est le retour. Un bout de conversation suit au coin du feu. Nous filons ensuite au débit afin de prendre l’apéritif.

Nous sommes aujourd’hui assez heureux d’être introduits dans la cuisine. Il faut cependant attendre l’obscurité. Nous nous trouvons avec des gendarmes à qui on serre la main. On parle, on rit, mais il faut éviter de faire grand bruit.

Enfin nous rentrons tranquillement et nous mettons à table attendant l’arrivée de l’agent du bataillon dont les notes nous apprennent toujours quelque chose de nouveau. Mascart arrive. Rien de neuf sinon qu’on ne peut s’éloigner de son cantonnement respectif avant 5 heures du soir. Lannoy va voir le capitaine Aubrun et rentre bientôt. Demain aux mêmes heures qu’aujourd’hui un peu de service en campagne.

Nous n’avons pas vu Jamesse de la soirée. C’est donc que sa mère est arrivée. Tant mieux ! Si elle est là on décide de l’inviter à notre popote un jour à son choix.

Nous nous couchons après quelques tyroliennes de Cattelot. Quelles bonnes nuits, nous faisons ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.