10 février

Remise de la croix aux commandant Vasson, capitaines de Lannurien Sénéchal

Je passe une mauvaise nuit et reste couché le matin tandis que mes amis font irruption dans la chambre et se préparent fébrilement à la marche d’aujourd’hui. Licour aide chacun de son mieux.

À 7 heures 30, la maison est vide. La mère Azéline croit qu’on s’en va et ne peut en croire ses yeux de voir la maison silencieuse, sans tout le tohu-bohu de notre présence. Licour, dans la cuisine, se tue à lui expliquer qu’on est parti au tir. La bonne vieille n’y comprend rien et je ris aux éclats.

À 9 heures, je vais voir le Docteur Veyrat qui aussitôt m’exempte de service.

Je rentre donc et m’installe au coin du feu tandis que Licour fait popote. Je mange à 10 heures et me recouche pour faire la sieste car mon bras est réellement douloureux. Je me lève vers 2 heures. Un peu plus tard, la musique revient avec le drapeau, en jouant un pas redoublé. Je passe mon après-midi à écrire aux miens. Je reçois toujours leurs lettres régulièrement.

Vers 5 heures, le bataillon rentré, mes amis ne tardent pas à affluer, Lannoy en tête, qui n’est plus habitué aux marches et se dit très fatigué.

Le capitaine suit et me fait écrire : repos pour demain matin ; revue d’armes et de cantonnement* à 9 heures par les chefs de section.

Après son départ, Lannoy me raconte qu’ils ont fait une véritable marche après le tir, passant par Triaucourt. La cérémonie fut présidée par le général Guillaumat qui, après une allocution patriotique, remit la croix aux nouveaux chevaliers. Le général annonça en particulier de grands succès dans le Nord : on se plaît à dire que Lille, Roubaix et Tourcoing sont dégagés.

Là-dessus, Lannoy s’en va se désaltérer à Charmontois-le-Roi. Décidément, la marche ne l’a pas fatigué outre mesure. Je reste au coin du feu avec une légère amélioration dans mon état. Demain je serais heureux de pouvoir reprendre ma besogne.

Le repas se passe aimablement entre nous. La prochaine remise de décorations, la compagnie sera à l’honneur, se dit-on, car c’est son chef direct qui sera décoré.

On se couche tôt, car chacun est au plus fatigué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.