25 février

Ahes de Somme-Tourbe (voir topo tome I)

Au très petit jour, je me réveille et suis bientôt debout, gelé. Il faut que je me réchauffe. Je file sur la route au pas gymnastique. Il a gelé cette nuit et la route ainsi que les champs, de boueux qu’ils étaient, sont devenus propres. Il peut être 7 heures quand réchauffé, je me rends dans une agglomération de maisons qui se trouvent de l’autre côté de la route, à 150 m. Je vois des tentes qui m’indiquent une ambulance. Je vois des infirmiers et des hommes chargés de provisions qu’ils ont achetées à une fenêtre de maison où des commerçants d’occasion vendent de l’épicerie. Je me dispose à faire comme eux quand quelqu’un me frappe sur l’épaule. Cri de surprise ! Je reconnais Adolphe Soubyn [Loubyn ? – 1], ami du collège et compatriote infirmier ici, qui m’a reconnu. Mon ami m’a conduit près d’autres amis, brancardiers divisionnaires du 1er corps d’armée. Je vois successivement un fils de Monsieur Looten, de Bergues, pharmacien à Lille ; l’abbé Bonduot, de Bollezeele, brancardier divisionnaire ; Joseph Lefrancq [2] d’Estaires, l’abbé Coddeville, curé d’Uxem, l’abbé Patinier, vicaire à Calais, tous brancardiers. Ces messieurs se trouvent dans un grenier sur la paille pouilleuse, se reposant de leur travail de nuit. On cause du pays comme bien on pense. Je suis abasourdi par la joie que j’ai à les voir et à leur causer. Monsieur le vicaire Patinier me cause de René Parenty qu’il connaît et qui est un de mes grands amis de Calais, lieutenant au 8e territorial. Nous parlons de Jean Chocqueel, notaire à Bergues, du 8e territorial, prisonnier en Allemagne ; de Louis et Émile Sapelier, sergent et caporal au 8e de ligne, actuellement en tranchées devant Mesnil-les-Hurlus ; de l’abbé Pierre Chocqueel [3], aumônier au 8e de ligne. Nous causons de Gustave Cenez [ ?], blessé pour la seconde fois, de Joseph Lamstaes [?], blessé, tous deux de Bergues, de Jules Thueux [4], marbrier, de Minne [5], brasseur, de Bergues, tués. On dit que Lucien Delaeter de Bergues est blessé grièvement.

Ce sont toutes choses neuves que j’apprends et tous ces gens sont mes amis. Quelle émotion de se rencontrer, de voir pour la première fois des têtes connues, du terroir, après six mois de guerre.

Je descends du grenier précédé de Soubin [Soubyn ?] qui m’amène dans une espèce de gourbi un peu plus loin. Là, je me rencontre avec le cuisinier du médecin-chef de l’ambulance, un Berguois, également, que tout le monde appelle « Pitche ». Celui-ci fait du bon café. Nous buvons, nous fumons, nous causons du pays : on a tant de choses à se dire et que je suis heureux de les voir, de causer de tant de choses chères. Nous causons même la langue flamande.

Enfin reconduit par Soubyn, je rentre après avoir promis de revenir. En route, à notre droite, nous voyons un cimetière militaire. Bientôt je suis sur la route et rentre aux baraquements. Il est 10 heures.

Je suis tout heureux et écris aussitôt chez moi toute ma joie. Je mange la popote de Gauthier. L’installation des baraquements continue. Après la soupe, on installe sur le toit du papier bitumé que l’on fait tenir avec des pierres. Gallois m’annonce même que cet après-midi, on touchera de la paille. Décidément on se nippe !!!!!

Les officiers ont un bâtiment à côté, séparé du nôtre et construit à la hâte dans la soirée d’hier et la matinée d’aujourd’hui.

Vers 2 heures, je vais sur la route et vois défiler un bataillon qui rentre des tranchées. Il est dans un état lamentable. Les hommes sont des paquets de boues et se traînent plutôt qu’ils ne marchent. Cela produit une drôle d’impression pour celui qui s’attend à prendre leur place. Je vois de nouveau Soubin et un ses amis dont je fais la connaissance. Il m’offre d’aller à Saint-Jean-sur-Tourbe dont on voit les ruines et les tentes à 1500 m. Il m’y fera visiter les tentes, véritables hôpitaux du front. Le temps est beau, le soleil brille et la route est sèche.

Extrait de la carte d’état-major – Source : Géoportail

En route ! Nous déambulons tranquillement et arrivons bientôt au patelin dont quelques maisons et l’église subsistent dans le style Somme-Tourbe.

Sur les ruines des autres demeures qui sont rasées, sans doute ont-elles été incendiées par les boches à leur retraite, se sont élevées des tentes splendides. Nous y entrons ; je suis Loubyn qui serre la main des infirmiers, ses amis. On se croirait vraiment dans un hôpital : température douce grâce à un bon poêle, demi-jour, lits bien alignés et bien blancs, plancher, etc… D’un autre côté, c’est la même chose, le même fini. Ce sont de véritables rues entre les tentes, souvent pavées, toujours balayées. Je suis émerveillé. Il y a certainement plus de trente salles ainsi. Un peu plus loin, une autre tente est une salle d’évacuation. Tandis que dans les lits, je vois des bougres grièvement blessés, ici je vois des hommes qui sont soit blessés légers, soit un peu rétablis et qui attendent de partir à Somme-Tourbe en automobile pour être embarqués sur un train sanitaire qui les amènera dans un hôpital de l’intérieur où ils termineront leur guérison.

Loubin m’explique que ceux grièvement blessés sont soignés ici quand ils ne peuvent affronter le trajet en chemin de fer ; d’ailleurs il m’indique une maison où un grand spécialiste de Paris, Émile de Dayen, dont il me cite le nom, fait les opérations.

Enfin nous rentrons. En route, nous parlons encore et toujours du pays, il me dit que le médecin-chef est le médecin major Vermullen, fils du docteur de Bergues. Je décide d’aller le saluer demain.

Il est 4 heures 30 quand je rentre, après avoir promis d’aller demain matin boire le café de « Pitche ».

À ma rentrée, je trouve de la paille avec quel plaisir, mais en petite quantité faut-il dire. Enfin tout ce que je vois me plait, tant je suis heureux de mes rencontres fortuites.

Je vais faire un tour aux cuisines. Elles se trouvent à 100 m des baraquements. Les cuistots sont installés en plein air. Ils ont confectionné avec des bouts de planches et des piquets des bancs, de petites tables. Ils font merveille. Autour d’eux est rassemblée l’escouade* qui regarde, épluche les légumes, tandis que dans le plat cuit la friture.

Je rentre, le soir tombe. Nous mangeons assis sur nos sacs, tandis que Gauthier place la marmite devant nous ; et chacun puise dedans et met le rata soit dans sa gamelle soit dans son assiette en fer-blanc.

Il fait froid. On se pelotonne dans ses couvertures. Le peu de paille qu’on a sous soi fait croire que c’est plus doux et la tête appuyée sur le havresac*, on s’endort, bercé par le ronronnement des conversations voisines.


[1] Adolphe Soubyn [Loubyn ?] : Bien que les L et les S soient plus ou moins similaires dans l’écriture d’Émile Lobbedey, il s’agit vraisemblablement de Soubyn, mais il écrit ce nom à plusieurs reprises avec un i ou un y… S’agit-il de Soubin ou de Soubyn ?

[2] Joseph Lefrancq : Il s’agit probablement de Joseph Pierre Louis LEFRANCQ (inscrit sur le monument aux morts d’Estaires) dont la fiche Mémoire des Hommes ci-dessous semble correspondre.archives_G950902R

[3] abbé Pierre Chocqueel : s’agit-il de l’ancien curé de la Croix du Bac ?

[4] Jules Thueux : il s’agit sans doute de Jules Marie Joseph THUEUX dont la fiche Mémoire des Hommes ci-dessous semble correspondre.

archives_K260503R

[5] Minne : brasseur de Bergues, selon Émile Lobbedey.
Il s’agit probablement de Marius Louis MINNE (inscrit sur le monument aux morts de Bergues) dont la fiche Mémoire des Hommes ci-dessous semble correspondrearchives_I020756R

2 réflexions sur « 25 février »

  1. Tardif Alain

    Ce témoignage est émouvant; ma grand mère maternelle était une sœur cadette de Joseph Lefrancq; nous possédons une photo de famille prise à l’occasion d’une noce avant 1914, sur laquelle l’on peut voir Joseph et son frère, tous deux décédés dans la grande guerre.

    Répondre
    1. Eric MALVACHE Auteur de l’article

      Bonjour,
      c’est sans doute ce que j’ai apprécié le plus dans ce long travail de recopie, la possibilité de rendre à de nombreux « anonymes »(cités par Émile Lobbedey) une petite part de leur Histoire (dans la Grande Histoire !).

      Si vous le souhaitez, je serais assez heureux de pouvoir illustrer la présence de votre grand oncle dans ce texte par la photo dont vous me parlez.
      Cela permettrait de lui donner un visage et de l’individualiser plus encore que sa fiche Mémoire des Hommes.

      Bien cordialement,
      Eric Malvache

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.