11 mars

Je fais une excellente nuit. Le coin est calme et je me réveille sans le secours d’aucune marmite, ce qui est souvent l’habitude. Il fait jour et un rayon de soleil filtre à travers la toile de tente. Il est 8 heures. J’ai dormi douze heures sans interruption. Du moins, je me sens retapé.

Mes provisions s’épuisent. Je me rends donc près de la liaison du bataillon et vois Erhvein avec qui je cause service. Il a du travail avec les notes, états, etc… J’attends Gauthier qui arrive vers 10 heures et me remets ma part de boisson et de nourriture.

Je rentre alors à mon poste. Dans le boyau que je suis, un obus est tombé après mon passage, causant une large brèche. Il faut se baisser pour passer. Je tombe dans la 7e, puis dans la 8e compagnie, puis voici mon abri.

Je mange puis me rends faire acte de présence près du PC du colonel. C’est bizarre, je ne joue aucun rôle. Décidément, qu’est-ce que je fais ici ? Après une heure en plein air, tandis que quelques obus s’égarent de ce côté, je juge prudent de me mettre à l’abri et rentre chez moi où j’ai tout loisir de songer sérieusement à ma situation.

Voici : je fus nommé adjudant à la 5e compagnie. C’est l’affectation officielle. Oralement, par une combinaison vaille que vaille, et au fait sans valeur, je fus attaché à la liaison du bataillon. Me voici maintenant, par un imbroglio, attaché au colonel, sans rôle sérieux, rabaissé au niveau d’agent de liaison dont on ne se sert pas, puisque personne ne s’occupait de moi. Je ne joue ici aucun rôle, je n’en joue pas non plus à la liaison du bataillon. Par contre, je suis toujours nommé à la 5e compagnie, je n’ai pas été remplacé. Là-bas, les chefs de section manquent. Ici, j’ai l’air de m’imposer, jusqu’au jour où on pourra s’étonner que je n’aie pas rejoint mon poste. Au fond, ma place est à la compagnie. J’y vais.

Et c’est ainsi que vers 4 heures, j’arrivais près de Jamesse qui, installé dans un gourbi, faisait le sergent major. Je m’installe près de lui, nous causons, je lui explique ma situation, il est entièrement de mon avis. Nous mangeons. Je décide d’attendre jusqu’à demain. Si on ne m’a pas réclamé, je prends possession de mes fonctions d’adjudant de compagnie.

Nous nous étendons côte à côte, contents mutuellement d’être l’un près de l’autre. Une forte amitié s’établit entre nous ; nous sommes veufs de nos camarades, héritiers d’un passé d’amitié et des souvenirs de ceux qui ne sont plus, seuls survivants de notre chère bande de Charmontois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.