Archives de catégorie : Partie 2 – Chap. 5

21 novembre

Relève des tranchées

Ce matin, allant chercher le compte rendu de la nuit, je vois au PC du capitaine un sergent, Peltier, chef de section des mitrailleuses. Il est blessé à la tête, mais reste : le capitaine le félicite, heureux, car deux de ses chefs de section manquent à l’appel. Gibert commande la section Huyghe. Je vois également le sergent Pellé qui se chauffe : il est gelé. Il est vrai que la température est basse. Les boches sont calmes, me dit-il. En effet, quand je communique, les balles sifflent moins.

Vers midi, nous apprenons que nous sommes relevés ce soir par le 120e.

courrier1Dans l’après-midi, le vaguemestre* m’apporte du courrier : lettre de René Parenty qui est au 8e territorial, cantonné à Crochte, village près de chez moi ; sa dame et sa fille sont à la maison et il a la joie de les voir ; il me parle de la vie de famille qu’il mène et cela me fait gros cœur malgré tout. Combien je donnerai pour une heure chez moi ! Je reçois également des nouvelles de ma mère, avec mandat toujours reçu avec joie et empoché avec hâte.

Aussitôt je réponds un simple mot avec mes vœux de sainte Catherine pour ma tante et de conservation pour le lieutenant Parenty.

Je communique l’ordre de relève au capitaine, ainsi que l’envoi de tous les cuisiniers à la Placardelle. C’est là que nous cantonnons de nouveau.

Vers 7 heures, je pars laissant Gallois avec le capitaine commandant le bataillon et les agents de liaison en second. Jombart, caporal fourrier de la 8e, Courquin et un sergent de la 7e m’accompagnent ainsi que Gauthier, notre cuisinier toujours précieux comme guide dans le bois et qui connaît la route à fond. Je suis chargé de faire le cantonnement*. Nous passons à la Harazée par un beau clair de lune. J’y prends au passage pas mal de cuisiniers qui m’attendent.

Il est 9 heures quand nous arrivons à la Placardelle, but de l’étape. Je vois l’officier du régiment qui, après quelques tergiversations, me donne le cantonnement de la dernière fois en me rognant toutefois quelques maisons, particulièrement notre maison de la liaison.

Le cantonnement est donc rapidement réparti entre les compagnies.

Pour la 5e compagnie, je loge la troupe comme la première fois. Le village est évacué depuis quelques jours. Quelques maisons sont démolies : le village a donc reçu des obus. C’est ce que j’avais prédit. Je trouve des hommes de fractions isolées un peu partout. Rien à craindre. Ils partiront rapidement avec un foudre de guerre comme le capitaine Aubrun.

Dans le logis de mes officiers, je trouve des hommes du 120e en train de veiller un capitaine défunt. Le corps sera enlevé la nuit. La maison est dans le plus grand désordre. J’abandonne donc le projet d’un logement ici.

Je vais donc voir la demeure ou plutôt le refuge lors de la première arrivée. Les habitants ont disparu. La maison est donc entièrement à moi avec ses quatre pièces. J’y installe les cuisiniers du capitaine. Ceux-ci nettoient à la lueur de bougies. Il y a deux fauteuils, deux lits avec sommier, une table en chêne, un buffet, quelques chaises. C’est tout ce qu’il faut pour faire une pièce convenable.

Je rencontre Jombart tandis que les cuisiniers touchent les vivres aux voitures qui sont arrivées. Il a trouvé une maison pour nous.Lieu:Saint Crepin aux Bois - Description:GUERRE 1914-15 - OFFEMO Elle se compose d’une seule vaste pièce avec lit au fond, foyer, commode, buffet, table et quelques chaises. Le tout doit être nettoyé mais Gauthier a déjà un balai en main et procède à l’installation.

Derrière, par une porte vitrée, on accède à une petite cuisine. C’est là que nous logerons nos agents de liaison en second.

Et voilà ! Le feu pétille. Il peut être minuit. Attendons l’arrivée du bataillon.


 

20 novembre

Huvenois nous quitte aujourd’hui, remplacé par Courquin. Celui-ci ne fait pas l’affaire du capitaine Claire. Huvenois est destiné à recevoir les galons de sergent major ; le caporal fourrier Legneil reste.

Au petit jour, avec les cuisiniers, arrive le courageux de Juniac. Le capitaine Sénéchal le renvoie aussitôt.

Dans la journée, nous recevons plusieurs visites de la liaison ; on va se dire bonjour de gourbi à gourbi*. Le temps se maintient beau et le secteur est relativement calme.

Le vaguemestre* Renaudin m’apporte un mot de ma mère, lettre recommandée datée du 20 août. Cela me fait rire. Aussi je la renvoie chez moi. La lettre n’a mis que trois mois pour m’arriver. Heureusement qu’elle était recommandée.

 

19 novembre

Au petit jour, nous entendons une fusillade assez nourrie, suivie d’explosions nombreuses. Je cours au PC du capitaine Aubrun. Celui-ci est sur les dents, prêt à toute éventualité tandis que le 272e se tient à la disposition du capitaine commandant le bataillon.

On rend compte au capitaine de la 5e compagnie que c’est l’ennemi qui, voyant les carrés grillagés protégeant la tranchée, a dirigé un feu nourri tandis qu’il envoyait quantité de bombes sur ce pauvre rideau de protection qui n’a eu aucune vertu et est en miettes.

On déplore quelques blessés et un tué dont j’apprends le nom avec douleur : Georges Huyghe [1], un grand ami du pays, sergent-chef de section, tué au créneau en faisant le coup de feu avec ses hommes. Le sergent Collin, chef de section, est blessé également. Le capitaine est désemparé. Deux de ses chefs de section partent. Devant moi, il pleure et c’est un spectacle navrant.

Je rentre au PC du bataillon rendre compte au capitaine Sénéchal et retourne au PC de la compagnie où doit arriver le corps du héros. Celui-ci arrive tandis que les brancardiers sont déjà là. Nous recueillons ses papiers, le sergent major et moi, son portefeuille, son porte-monnaie, et adressons un au revoir à la dépouille dont la balle ennemie a ouvert le crâne.

Delporte me console car c’est un nouveau deuil pour mon cœur d’ami. Je passe mon après-midi sans goût et j’écris aux parents du malheureux camarade tombé ! Le vaguemestre* arrive sur ces entrefaites. Je reçois un mot des miens ainsi que de René Parenty, lieutenant, de mes meilleures relations. Cela me remonte un peu. Blanchet assure entièrement le service de liaison.

Vers le soir, une petite fusillade éclate et le 272e prend aussitôt position. Ce n’est qu’une fausse alerte. Le temps se maintient toujours beau, sec. Il gèle à pierre fendre, la clarté de la lune donne l’illusion qu’il fait jour.


[1] Georges Huyghe : Il s’agit de Georges Gaston HUYGHE, voir ci-dessous la fiche Mémoire des Hommes.

FicheMDHarchives_G100652R

18 novembre

Nous rentrons au petit jour. À la Harazée, nous avons passé la nuit, allongés au coin du feu, dans une maison ouverte à tous vents. Je m’étais armé d’une couverture qui m’a bien servi.

Je retrouve mon gourbi* et mon charmant compagnon, le lieutenant Delporte. La nuit fut calme à part quelques bombes.

Dans la matinée, de Juniac vient nous dire bonjour. Le brave garçon est pris d’un gros rhume et vient se chauffer un peu. Il est pâle, les traits tirés et dit qu’il va médiocrement. Il n’a pas fini de le dire, qu’il a une faiblesse. On lui donne un peu d’eau-de-vie qui le fait revenir à lui. Je cours avertir le capitaine Sénéchal. Celui-ci donne ordre à notre ami d’aller se reposer le reste du séjour à la Harazée.

Forcé de s’incliner, le courageux adjudant ne part qu’à regret. Gallois, plus ancien et de grade plus élevé, le remplace.

L’après-midi, nous recevons des carrés grillagés de trois mètres sur trois, destinés à être placés devant les tranchées* afin d’empêcher les bombes d’arriver. Le capitaine Aubrun envoie des corvées* en chercher. Ce n’est pas très pratique à transporter dans les boyaux*. Enfin, ordre est donné de les placer cette nuit.

Le reste du temps libre se passe à aménager le gourbi* sous la direction du lieutenant Delporte qui veut en faire un hôtel confortable.

 


 

17 novembre – Chapitre V

Chapitre V – Bois de la Gruerie, secteur Bagatelle, Pavillon

Bois de la Gruerie – 5e séjour

Au petit jour, je vais chercher le compte rendu de la nuit. Je trouve le capitaine en plein sommeil. On le réveille. Rien à signaler.

Notre nuit fut excellente à tous deux. Au petit jour, le cuisinier s’amène avec Jombart, le caporal fourrier* de la 8e.

J’ai trouvé dans le gourbi* le réchaud de la fois précédente ainsi que du charbon de bois. Nous pouvons donc nous chauffer, boire et manger chaud.

Dans la matinée, du 272e vient se placer en deuxième ligne derrière nous. Un petit sous-lieutenant s’amène me demander une place. Je ne puis lui refuser. D’ailleurs il est l’amabilité même. Nous causons : il est de Roubaix et parle même le flamand. Aussitôt je lui adresse la parole en cette langue. Surprise ! L’amitié est faite.

Nous passons donc la journée à causer du Nord et c’est une grande distraction pour tous deux. Nous prenons nos repas ensemble. Vraiment ce séjour au bois promet d’être agréable.

Dans l’après-midi, des officiers du 272e viennent voir leur camarade. Nous faisons du chocolat.

À part de rares fusillades, l’ennemi est calme. Je vois le capitaine Aubrun qui est relativement tranquille.

Le soir, je pars à la Harazée pour le ravitaillement en compagnie de Gauthier et René. Le temps est beau et sec.