Archives par étiquette : Tranchée

Fossé qu’on creuse pour se mettre à couvert du feu, à proximité d’une place qu’on assiège ou d’une ligne de bataille, et dont les terres, jetées du côté de l’ennemi, forment un parapet.

16 septembre – Chapitre VI Poursuite arrêtée

Arrivée dans le Bois de la Gruerie

Au très petit jour nous partons. Il a plu la nuit et les terrains sont détrempés.
Nous passons de bonne heure dans un petit pays que je reconnais, Vienne-le-Château.CP-VienneLeChateauLe jour est complétement levé, il peut être 6 heures.

Je reconnais la route et certains coins. On fait la pause : je me rappelle que c’est ici que nous vîmes défiler, lors de la retraite, les troupes qui devaient embarquer pour Paris.

Nous commençons par ici à rencontrer quantité de chevaux morts qui dégagent une odeur insupportable. Il y en a dans les fossés et en plein champs, tombés dans toutes les postures. Gallica-ChevauxTues2Il peut être 8 heures quand nous traversons Vienne-le-Château. Le temps est pluvieux.

Bientôt, nous entrons dans un grand bois où nous prenons des formations diverses.

Nous arrivons dans une clairière où nous faisons la pause. Il faut faire attention, il y a des endroits marécageux où l’on s’enfonce facilement.

Non loin de nous, des batteries de 75 tirent. Je vois près de l’une d’elles le colonel Rémond avec le capitaine adjoint Jeannelle.

On nous annonce bientôt qu’un obus ennemi est tombé non loin, tuant deux artilleurs et deux chevaux. L’ennemi est donc ici cette fois.Caisson et chevaux Artillerie explosés

Nous continuons en colonne par deux et après de multiples hésitations, nous passons à l’endroit où tomba l’obus ennemi. Nous voyons les deux chevaux étendus et un débris de caisson.

Il peut être 9 heures. Nous sommes guidés par un garde-chasse coiffé d’un képi de lieutenant d’infanterie. Il connaît le bois. Le capitaine Sénéchal n’a qu’une médiocre confiance en lui. Il craint une embuscade ou un traquenard. Il n’en est rien, car bientôt nous voici sur une large allée où nous voyons un général de brigade. Cette route doit conduire à Binarville.

Extrait de la carte d’état-major – Source : Géoportail

Prenant mille précautions et par mille dédales, nous couchant souvent, nous dissimulant dans les taillis, nous arrivons à une espèce de petit carrefour. Il est bien midi. Voici plus de trois heures que nous marchons sous bois, dans l’eau et la boue, constamment courbés, devant nous frayer un passage parmi les ronces et les épines. (Voir topo [ci-dessous])

Le capitaine Sénéchal décide de s’arrêter à ce carrefour. Il retient près de lui un agent de liaison* pour les sections de mitrailleuses.

Les compagnies, par fractions précédées de patrouilles, continuent. Soudain, nous entendons des coups de feu et voyons bientôt près de nous deux cavaliers éclaireurs du régiment, dont l’un sans cheval : le cheval a été tué par un patrouilleur* ennemi au point A (Voir topo [ci-dessous]).Plan16-09-14Bientôt, une petite fusillade éclate non loin. On sait bientôt que c’est une patrouille de la 5e compagnie qui a essuyé des coups de feu et riposté. Malheureusement un brave soldat Oudet [1] de Vouzon a reçu une balle au ventre. Il expire bientôt sur le terrain (Point B du topo [ci-dessus])

Enfin, l’après-midi se passe dans des transes, des incertitudes. On se rend deux heures au point X [Voir topo ci-dessus] pour revenir vers le soir au carrefour.

Vers le soir la situation était telle que l’indique le topo. On apprenait également par la 7e compagnie que le 120e se trouvait à notre droite et était en liaison à la vue.

Je communique des ordres divers au capitaine que je trouve au point D. Il se plaint que la 6e compagnie met beaucoup de mauvaise volonté à se mettre en liaison avec lui. Il y a un trou de 100 mètres. L’ennemi se trouve à 200 mètres, dans des tranchées* en dehors du bois. S’il lui plait de s’infiltrer et de tourner la compagnie, il n’y a qu’à se replier ou c’est le coup de filet. Je rends compte.

Il a beaucoup plu ces jours. Le sol est détrempé. Ce n’est pas gai.

On s’assied contre des arbres. Il y a ici le capitaine Sénéchal, Jacques, maréchal des logis de liaison, Gallois, Carpentier, le mitrailleur, Huvenois et moi, fourriers*, ainsi que l’adjudant De Juniac.

Non loin de nous sont les chevaux de bataillon ainsi que les mulets des mitrailleuses, un peu plus bas vers I.Gallica-ArtillerieMuletVers 10 heures, nuit noire, alerte, on dit qu’on doit se replier. Nous commençons lentement à partir par le layon N ; nous avons devant nous l’adjudant de la 5e, blessé grièvement, que quatre hommes transportent et qui se plaint amèrement.

Il tombe un peu d’eau, mais cela cesse bientôt. L’alerte est fausse. On nous dit de faire demi-tour.

Après bien des pauses et des heurts, vu que c’est l’obscurité complète, nous arrivons quand même au carrefour.

On s’assied de nouveau, s’abritant contre les arbres, et on passe la nuit en éveil et l’esprit tendu. Vraiment la vie n’a rien d’attrayant en ce moment.

 


[1] Oudet de Vouzon : Il s’agit de OUDET Lucien, voir ci-dessous la fiche Mémoire des Hommes.FicheMDHarchives_I510474R


11 septembre

Colonel Blondin du 91e, commandant la brigade.
Lieutenant-colonel Saget, blessé grièvement.

On dit que le colonel du 91e prend le commandement de la brigade. Le colonel Rémond reprend le 147e et garde le lieutenant-colonel Saget comme adjoint.

L’artillerie ennemie est beaucoup moins tenace que la nôtre. Elle tire assez peu.

Je vais communiquer un ordre au village. Je ne le reconnais plus. Grand nombre de maisons sont démolies, l’incendie a fait le reste. Beaucoup d’animaux de basse-cour se dandinent. Quelques maisons sont encore debout, ouvertes et pillées. Je rentre dans plusieurs. Je prends quelques mouchoirs de poche et un cache-nez. Dans une cave, je trouve un petit pot de graisse que je prends pour du beurre. Heureux, je le fourre dans ma musette et rentre, chargé de fruits.

Je rejoins notre meule et fais distribution de fruits. Je goutte la graisse et n’ai que le temps de la jeter loin de moi. C’est ignoble.

La journée est bien calme. Les caporaux d’ordinaire* des compagnies amènent chacun un porc pris, abandonné. Il est mis à mort sur place et dépecé. On le fera cuire la nuit. C’est fête.

Je vois la compagnie. Vraiment, le bois est bien organisé. Des tranchées* sont faites de tous côtés. Les hommes s’y trouvent blottis dans la paille, pas mal. Tout le monde est content. Chacun est reposé et le ravitaillement s’opère bien.

Gallica-Tranchée10

Extrait de « La Grande Guerre par les artistes » p. 31 – par Hermann-Paul.

La nuit tombe de nouveau. La journée, à part les tirs de notre artillerie, a été très calme.

Nous restons toujours sur nos positions.

Dans l’après-midi, nous apprenons que le lieutenant–colonel Saget a été blessé grièvement à la tête par éclat d’obus dans Thiéblemont.

 

30 août

Réveil à 4 heures. On est raides d’avoir dormi en plein air. Le village doit être Germont. Une petite épicerie familistère [1] est là. On la force à ouvrir ; en cinq minutes tout est acheté.

Extrait de la carte d’état-major – Source : Géoportail

Le capitaine me dit que je passerai sergent fourrier*. Après deux pauses et une marche normale, nous arrivons à la lisière d’un village qu’on dit Briquenay. Le soleil luit, il est 7 heures. Nous faisons la pause et mangeons force poires, pommes et prunes. Un camarade apporte un litre de vin acheté au village. C’est fête !

La troupe part faire des tranchées* sur les hauteurs avoisinantes. Je reste au village pour former le cantonnement* et opérer le ravitaillement.

Heureux après-midi ! Temps idéal ! Beaucoup d’habitations regorgent de réfugiés des villages voisins ! Nous achetons du vin. Que c’est bon ! Des vivres, du pain ! Tout cela ne nous a jamais semblé si délicieux !

Les fourriers ensemble, nous tuons deux lapins. Arrive Carbonnier, un soldat de ma classe, traînard. Il s’offre à tout faire cuire. C’est fête pour nous.

Il est 5 heures. Lannoy vient m’annoncer que la troupe reste sur sa position, si le ravitaillement arrive à l’amener là-haut.

Après le repas pris dans la chambre du capitaine, sur une table, dans des assiettes, avec vin et café. Le ravitaillement n’arrivant pas, je me couche dans le lit destiné à mon commandant de compagnie qui ne viendra pas.

C’est une joie qui tient du délire.

 


[1] Familistère : Dans certaines régions de la France, entreprises purement commerciales pour la vente à bon marché.

25 août

Il est 5 heures et demie quand nous quittons notre emplacement. La nuit a été assez bonne malgré tout.

Dans la matinée, la compagnie s’installe devant un bois et creuse des tranchées*.

CP-TrancheesBoisUne route débouche du bois vers nous. C’est sans doute par là que l’ennemi doit arriver. La journée se passe sans incidents. On voit à plusieurs reprises des patrouilles de dragons* français, cela nous rassure.

Je vais dans l’après-midi reconnaître, dans un bois qui se trouve à notre gauche, une route qui doit nous amener à Chauvency-Saint-Hubert.

À 16 heures et demie, ordre de repli. Il fait grand jour encore. On se presse. Le bataillon traverse le bois sans trop de perte de temps.

Il est 21 heures quand nous formons les faisceaux* devant les habitations.

f1.highresLes habitants maugréent [1] et, peu aimables, refusent catégoriquement jusqu’à de l’eau. Honte à eux ! On exige. Nous pouvons quand même remplir les bidons. Mais pas de vivres.

Sac au dos de nouveau ! Nous allons plus loin ! Le colonel Rémond nous dépasse à cheval avec son état-major. On a confiance : « le vieux est avec nous ».

La soirée se passe à marcher. Il est minuit. On rencontre des troupes en quantité, artillerie, cavalerie, chasseurs à pied. Des autos nous dépassent à toute vitesse. Nous traversons un village très animé et où sont stationnées des troupes prêtes à partir. On dit que c’est Brouennes. Tout le monde traîne la jambe et l’allure est vive. Certains se couchent dans un fossé, disant qu’ils rejoindront, d’autres cachent leur sac. Le lieutenant déclare que tout homme qui restera en arrière sera pris par les boches. Certains, pour se donner du courage, disent qu’on part sur Sedan afin d’avoir un repos de quinze jours.

On fait une pause. J’ai le malheur de m’asseoir. Quand je me réveille, le régiment est parti. Affolé, je prends le pas de gymnastique, butant de tous côtés aux troupes qui suivent notre régiment que je retrouve 2 km plus loin. Peu après, nous cantonnions de nouveau, en plein air, dans un champ. Temps propice, mais il fait froid. Inutile de songer au ravitaillement.

Beaucoup de retardataires arrivent. Tout le monde, même les officiers, est exténué de fatigue. Il fait nuit noire et on défend les lumières.


[1] Maugréer : Manifester une très mauvaise humeur, en parlant ou plus souvent en grommelant.  

23 août

Nous partons à 2 heures. Beaucoup n’ont pas dormi. On dit qu’il faut se presser. Peu ou pas de pause. Quelques-uns ronchonnent, trouvant que c’est exagéré. Il y a des retardataires, des traînards. On s’arrête enfin au passage d’un général de brigade qui fait faire une pause d’une demi-heure. Tout le monde dort aussitôt.

À 8 heures du matin, nous débouchons sur une place plantée d’arbres où sont rassemblés un grand nombre de caissons d’artillerie attelés. C’est Gérouville.
CP-Gerouville230814On dépasse le village et prend position à l’ouest, dans des champs de pommes de terre.

Aussitôt ordre d’allumer des feux. On fait cuire des pommes de terre. Le caporal d’ordinaire* trouve au village du café et du vin ; pas d’autres choses. Le repas est délicieux ; jamais je n’ai mangé de meilleur appétit.

Il fait beau soleil. Tout le monde dort. À midi, nous changeons de position. On dit que des uhlans* sont signalés. Dissimulés au ras d’une crête, on reste en position d’attente jusque 14 heures.

Nous rentrons dans le village et formons les faisceaux* sur la place. On en profite pour envahir les boutiques. Il n’y a plus rien.

havresacIl est 15 heures quand nous mettons sac au dos. Quelques-uns ont jeté leur sac ; ils doivent ne plus savoir le porter. [Lire encadré]

Nous arrivons peu de temps après dans un bois, au nord du village.

Les voitures de ravitaillement se trouvent à la lisière de ce bois. C’est un cri de joie.

On fait une forte halte. Puis, les outils à la main, fusil à l’épaule, chaque bataillon part à un emplacement choisi faire des tranchées* qui seront occupées la nuit par des avant-postes. Les cuisiniers restent pour toucher et préparer les vivres.

On rentre à 18 heures. Il fait encore grand jour. On mange d’excellent appétit. Un aéroplane* ennemi passe au-dessus de nous à une faible hauteur. Tout le monde tire, mais personne ne l’atteint.Gallica-tirAvion
On croit reposer dans le bois. La soupe mangée, on repart et, par une route presque impraticable, on arrive dans un village qu’on dit Margny.

Bellefontaine-carteEMIl est 21 heures. Le cantonnement* est rapidement fait et chacun se couche dans les granges, heureux d’avoir un peu de paille.

À 22 heures, le caporal d’ordinaire annonce que les voitures de ravitaillement sont là et appelle des hommes de corvée*. Personne ne bouge : tout le monde est exténué.

Une heure après, alerte : sac au dos. On quitte. Je vois le caporal d’ordinaire affolé de devoir abandonner ses denrées et de n’avoir pas eu une minute de sommeil.

Il fait nuit noire, on bute, car on marche en somnolent. À la pause, tout le monde se couche et dort. Au moment de repartir, il faut réveiller les hommes à coups de pied.

16 août

Départ à 3 heures, tout le monde sans exception. On croit que c’est le départ définitif. Chaque compagnie prend sa position dans les tranchées* faites les premiers jours.

Gallica-Tranchée4On attend toute la journée sur la défensive par un beau soleil. Rien à signaler. On rentre le soir au cantonnement*. On y rencontre de nouveaux régiments de cavalerie et d’artillerie.

Je reçois, à la rentrée du vaguemestre*, une lettre de chez moi datée du 4.
Grande joie.

 


03 août

Ce matin, réveil à 4 heures. Départ sans sac. Le caporal d’ordinaire [1] et les cuisiniers restent ; ils apporteront la soupe du matin.
C’est donc qu’on rentre ce soir. Tant mieux ! On se trouve si bien ici. Nous filons par la route de Montmédy. On arrive sur une crête après avoir dépassé quelques-uns qui déjà font des tranchées face à l’est : le Luxembourg. Travail en plein soleil. On se met en manches de chemise. Bientôt la crête n’est qu’un vaste chantier. On creuse une tranchée [2] modèle, on chante, on sifflote.

Soldats d'infanterie creusant des tranchées

Soldats d’infanterie creusant des tranchées [2] – 1914

Vraiment, le champ de tir est merveilleux : on verra l’ennemi arriver de loin.
La soupe, excellent ! Travailler donne de l’appétit !


[1] Ordinaire : Cantine militaire où les soldats prennent leurs repas.

[2] Tranchée : Fossé, creusé à proximité des lignes ennemies, permettant la circulation des troupes et le tir à couvert.