20 février

Braux-Saint-Rémy (voir topo tome VIII)

Nous passons une excellente nuit dans notre grenier, quoiqu’il n’y fasse pas très chaud. On se lève vers 7 heures. Débarbouillage dans un ruisseau voisin. Puis nous nous rendons à la popote* pour y prendre le café.

La matinée se passe dans les paperasses. Nous faisons encore quelques distributions d’effets. Ce qui ne peut être employé est placé dans la voiture de compagnie. Celle-ci est surchargée.

Nous recevons à ce sujet une note du bataillon. Le sergent fourrier Legueil de la compagnie de jour, la 6e heureusement pour moi, se rendra à Élise avec sa voiture de compagnie après avoir ramassé le reste des magasins des compagnies. Il versera toutes les fournitures à l’officier de détail. Ainsi dit ainsi fait. Jacquinot verse ce qu’il y a de moins utile et allège ainsi la voiture.

Nous nous mettons à table à 11 heures et y restons jusque 2 heures de l’après-midi. On s’amuse bien et quelques bonnes blagues sont racontées.

Nous recevons dans l’après-midi, la visite au bureau du sous-lieutenant Monchy qui vient nous dire bonjour. On se plaît à se remémorer le bureau de Sedan et à se féliciter d’être encore au complet : Monchy, Lannoy, Jamesse et moi. C’est un garçon charmant que Monchy.

La journée se passe tranquille. La soirée à table est plus mouvementée car nos cuisiniers ont trouvé du champagne et nous fêtons les citations de Culine, Lannoy et Gibert qui est relevé de sa garde.

Nous recevons une note du bataillon disant que le caporal fourrier de la 6e Verleene et Jombart sergent fourrier de la 8e vont demain à Sainte-Menehould.

Les compagnies sont priées de leur porter le montant des denrées qu’elles désireraient faire acheter, ainsi que l’argent. Lannoy va donc trouver le capitaine et revient bientôt m’envoyant à la liaison porter la note. Je trouve toute la bande au premier étage de l’école. Je ne m’attarde pas, tandis que Jombart me dit toute sa satisfaction d’être de sortie demain : départ à 4 heures, rentrée à la nuit.

La soirée à la popote se passe gaiement. On sable le champagne, on chante. Bref il est minuit quand on songe à aller se coucher. Lannoy a quitté vers 9 heures, le lâcheur, disant qu’il a du travail. Sans doute est-ce pour se donner de l’importance, car il n’y a aucun travail urgent.

Que diable, on dormira davantage demain matin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.