21 février

Départ de Braux

Je me lève à 8 heures, tandis que Lannoy revient ayant déjà été boire le café et déclarant qu’il n’y a plus d’alcool, de vin etc. tout a été bu hier. Il est furieux. Que voulez-vous ? Il fallait être là. Je suis occupé tranquillement à nous débarbouiller quand une note laconique arrive apportée par Brillant. Départ du campement à 9 heures. Le bataillon suivra une heure après etc.…

Une pointe de feu ne m’aurait pas fait sursauter davantage. Je n’ai donc que le temps : quand j’ai bouclé les malles et mis sac au dos, il est près de 9 heures. Je file donc vers la liaison du bataillon, boire rapidement un café à notre popote et emmène un cuisinier sur deux, Levers que Jamesse a averti en hâte.

Le campement cette fois conduit par Gallois s’en va sous les ordres du capitaine Crouzette de la 7e compagnie. Le temps est pluvieux et les routes détrempées.

Gallois me dit que nous allons cantonner à Dampierre. Nous tournons à droite à 1 km du départ, marchant bon pas, car le bataillon nous suit de près. Nous faisons une bonne pause. Nous repartons, tournons cette fois à gauche et 3 km plus loin traversons un village Voilemont. Une petite pluie fine tombe. Nous voici à moitié route. Nous filons sur Dampierre. Nous arrivons à l’entrée du village qui semble assez important. Nous faisons la pause tandis que le capitaine Crouzette se rend aux informations pour le cantonnement. Il est midi.

La pluie tombe tandis que le capitaine revient et que nous commençons. Pendant que nous sommes occupés à circuler à droite et à gauche, passe à cheval le lieutenant-colonel Desplats suivi de son état-major. Il me crie « bonjour » en passant. Pourquoi à moi plutôt qu’à d’autres ? Je l’ignore.

Fausse manœuvre. Alors que le cantonnement*, du moins le mien était presqu’organisé, un officier d’état-major vient trouver Crouzette. Celui-ci alors nous rassemble et place le bataillon par moitié : 6 et 7e avec le chef de bataillon de ce côté-ci du pays, 5 et 8e à l’autre extrémité.

Je fulmine en moi-même, mais je suis le capitaine qui court ni plus ni moins. Nous traversons le pays. J’ai le temps d’apercevoir une petite place avec l’église ; sur cette place beaucoup d’autos ; c’est le quartier général du 2e corps. Nous passons sur un pont et nous arrêtons à 400 m de là.

t8-DAMPIERRE-PlansDessinésELOBBEDEY_0015Je reçois mon cantonnement. Il est fait au bout d’une demi-heure. Le capitaine Aubrun les officiers et leur popote sont logés dans une maison de belle apparence habitée par une dame et son fils, la dame du juge de paix mobilisé.

On appelle cette maison le château ; un grand parc se trouve derrière. La propriétaire très aimable et de grande éducation me donne une pièce vide de tout meuble pour y installer le bureau. Je la remercie mille fois.

À côté du château se trouve une vaste grange : la compagnie y est aussitôt logée.

Non loin se trouve une maison où logent des braves gens évacués de Pouru-Saint-Rémy près Sedan (Ardennes). Levers s’y installe et fait déjà du café afin d’en offrir aux braves personnes qui nous donnent asile pour faire popote.

Quand tout est fait, vers 1h30, la compagnie s’amène. Le capitaine après avoir vu se déclare satisfait. À 2 heures tout était installé et nous entendions les chants des poilus contents. Mes camarades sont déjà occupés à boire le café de Levers tandis qu’ils disent quelques bonnes paroles aux habitants. Lannoy Jamesse et Rogery prennent possession du bureau. Aucun meuble ne s’y trouve ; seule une table et deux chaises ; c’est une vraie salle à manger que cette belle pièce qui nous rappelle un peu mon « chez moi ».

Le reste de l’après-midi se passe à compléter l’installation. Je m’occupe de faire les pièces, tandis que Lannoy va chercher la voiture de compagnie afin de l’installer dans notre cantonnement, Jamesse fait des étiquettes à placer « bureau, 5e compagnie, logement du capitaine, etc.… »

Vers 6 heures nous allons à la popote. Nous y trouvons la bande. Nous nous mettons à table à 6h30. Une bonne gaieté règne toute la soirée. Nous parlons des Ardennes avec nos hôtes et nos hôtesses et cela nous fait du bien de nous remémorer un peu Sedan.

À 9 heures nous partons nous coucher. Au-dessus de la popote se trouve un beau grenier rempli de paille où la bande Culine, Diat, Gibert, Cattelot, Maxime va se blottir. Nous nous chargeons de la faire avertir en cas d’alerte. Quant à Lannoy, Jamesse et moi nous rentrons rejoindre Rogery. Nous nous étendons sur le plancher. C’est un peu dur mais côte à côte on dort bien quand même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.