Archives quotidiennes :

8 novembre

Nuit calme en effet. Non loin de nous se trouve un gourbi de munitions : un homme du génie y tient des pétards en grand nombre et préconise un nouveau système.

Sur l’ordre du capitaine Sénéchal, nous nous mettons à l’œuvre. On coupe des branches en forme de Y, on accole deux pétards en forme de nougats dont l’un possède une mèche et un détonateur.

Schéma extrait du cahier intitulé Tome V

Schéma extrait du cahier intitulé Tome V

Second schéma dans la marge, en haut de page, extrait du cahier intitulé Tome V

Schéma, extrait du Tome V

On les passe dans le V de l’Y et fixe le tout l’un à l’autre avec du fil de fer barbelé qu’on enroule autour.

Ainsi, la force de projection est plus grande grâce à la branche flexible et les pétards éclatent en projetant de tous côtés des débris de fer.

Nous passons toute notre journée à fabriquer ces instruments tandis que des corvées de compagnies viennent sans cesse en chercher.

VienneLeChateau-APD0000681b

Bombardiers dans les tranchées de Beaumanoir, tenant un « pétard » à la main – 1915.07.27

Je vais communiquer au capitaine. Celui-ci déclare que l’enfer de la dernière fois recommence de nouveau. Il y a trois blessés et il est 2 heures. Les tranchées* sont toujours rapprochées et plus d’un créneau est repéré par l’ennemi.

Vers le soir, les cuisiniers descendent au village. Je pars avec Gauthier et René le mitrailleur sur le désir du chef de bataillon.

Nous arrivons à La Harazée sans pluie et sans encombre. Nous touchons nos vivres que nous faisons cuire dans une maison abandonnée, occupée par quelques artilleurs, et bientôt, nous escaladons une grange afin d’y dormir à poings fermés.