1er décembre

Nous nous réveillons tard, fatigués par les libations copieuses de la veille. On se remémore encore les bêtises de la soirée et on promet de recommencer et d’organiser de véritables séances.

Je fais partie de la commission avec Carpentier qui a des talents de chanteur, un répertoire et une mimique appréciée de l’honorable public que nous sommes.

Nos agents de liaison* en second sont installés dans les abris que nous avons laissés. Ils font eux aussi popote* et se déclarent très satisfaits.

Dans la journée, je communique plusieurs fois au capitaine Aubrun qui est satisfait de son installation et fait avec moi de longues causeries car il s’ennuie.

Je vais avec Carpentier, qui ne me quitte plus, voir le village malgré les obus qui souvent sifflent au-dessus de nos têtes et viennent s’aplatir dans l’un ou l’autre coin. Le jour, le village est presque désert ; toutes les troupes sont réfugiées dans les bois voisins sur les pentes.

Les obus, d’ailleurs, ne sont pas très nombreux. Le village est lamentable, non pas qu’il soit démoli, mais parce qu’il est victime du pillage des troupes. Quelques maisons certes ont reçu des projectiles, mais la majeure partie est debout.La Harazée en ruines (Vienne-le-Château)

Dans quel état ? C’est impossible à décrire ; l’intérieur surtout est repoussant : paille, détritus, débris de toutes espèces jonchent le sol.

Toutes ces demeures sont autant de refuges de cuistots qui préparent la nuit les aliments qu’ils portent aux tranchées au petit jour. Le mobilier est détruit, chaises, armoires, plancher, bois des fenêtres, bois de lit, tout cela a servi à faire du feu. Je vois même un morceau de billard dont une partie a été coupée à la hache ; l’autre partie n’est pas appelée à survivre longtemps.

Les journées continuent à être pluvieuses. Les routes sont dans un état ignoble à cause du grand va-et-vient. Quant au chemin du bois, on y enfonce dans la boue parfois jusqu’à mi-jambe.

Le village cependant devait être coquet et pittoresque, entouré de bois et de crêtes qui le surplombent. La guerre a passé ! À présent, il a tout l’air d’un repère de bandits. L’église a reçu elle aussi quelques obus ; cependant le clocher est toujours debout. On n’y célèbre aucun office.chapelle 1914La_haraz_e_3

Nous n’avons d’ailleurs aucun aumônier, sinon un aumônier divisionnaire qui est à demeure à Florent, pas plus que nous n’avons de prêtres brancardiers. Nous sommes donc privés de tout office religieux et il faut attendre le repos de Florent pour voir une église.

Nous continuons à garder, à notre grande joie, notre position de réserve. Le soir, dans notre home, c’est donc une nouvelle séance de chansonnettes, alternées de lazzis et de pitreries, le tout arrosé d’eau-de-vie, de vin ou de café au choix. L’un d’entre nous a trouvé la répartie « Si nous faisions un petit tour au buffet ? » On rit, on se lève et on trinque à la santé du pays. La répartie vient souvent, acceptée chaque fois, trop souvent peut-être, car le pauvre Carpentier est bien fatigué.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.