14 décembre

La nuit fut bonne. Je suis retapé. Il me faut procéder à la toilette de mes vêtements et ce n’est pas une petite affaire. J’appelle le brave garçon qui, la fois dernière, me donna un coup de main : jamais je n’en sortirai surtout que les notes abondent toujours.

Des tas de notes sont perdus par notre nouveau chef de corps qui est certainement des plus paperassiers. Salut au régiment, tenue, exigence, etc.… On se met déjà à regretter notre colonel.

Je vais voir le capitaine Aubrun qui est très satisfait de son logement. Tant mieux, mais ce n’a pas été sans mal.

À mon retour, je fais connaissance d’un nouveau camarade qui va s’adjoindre à la liaison comme sergent fourrier de la 7e compagnie. Le sergent fourrier actuel doit passer sergent major en remplacement de Gallois, passé adjudant de bataillon. Charmant garçon, étudiant en droit, lettré, Sauvage, le nouveau venu, est aussitôt un ami pour moi.

Notre installation est des plus médiocres. Les pièces sont exiguës. Nous sommes les uns sur les autres. Encore s’est-on procuré dans une maison d’en face quelques sièges prêtés aimablement par une bonne dame.Gallica-ReposPailleDans l’après-midi je vais voir quelques sous-officiers de la compagnie. Ceux-ci sont installés dans une grange délabrée. Ils font popote, si on peut appeler cela faire popote. Une toile de tente installée sur la paille leur sert de table : chacun a son couvert et s’accroupit autour, tandis que d’une marmite on sort le rata proverbial. C’est minable.

Florent-APD0000702Je suis cependant invité pour le soir. J’accepte l’invitation et me rends armé de mon couvert à l’heure fixée.

La toile de tente est installée ; on s’accroupit, attendant le serveur. Quelques-uns sont absents, Culine, Lannoy, Cattelot, Gibert, Maxence Moreau. On me dit que ces Messieurs font bande à part. Je me trouve donc avec Gabriel, Pellé, Vaucher, Hilmann, Diat, Noel, nouvellement promu, Lamotte, sergent, Jamesse, caporal fourrier, et quelques autres. Je fais connaissance avec Vaucher, ancien sous-officier d’une autre compagnie, de retour après blessure reçue à la Marne. Celui-ci a dû raconter certaines choses intéressantes au sujet de sa convalescence à l’arrière, car on le taquine au sujet d’une soi-disant marquise qui l’aurait reçu comme son enfant et tout le monde l’appelle « Loulou ». Cela fait rire et au fond n’est pas méchant.

Malgré notre manque de confort, nous nous amusons entre nous et la fin du repas se termine en chansons. Pellé en particulier, de sa belle voix de baryton, chante le « Noël du paysan ».

On parle d’un concert que la 4e division, la nôtre, a organisé dans une grange, vraie salle de spectacle, dit-on, mise à notre disposition par l’autorité. Chaque soir à 5 heures 30, entrée libre : concert jusque 8 heures. Les chanteurs des régiments au repos peuvent se faire inscrire chaque après-midi car un comité est à la tête de tout cela, formé de territoriaux à demeure à Florent. Nous nous promettons d’aller voir le lendemain.

2 réflexions sur « 14 décembre »

  1. Hélène Guillon

    Ce dimanche mon arrière grand-oncle Charles Gabriel est à nouveau cité par Emile Lobbedey. En lisant chaque jour son journal, j’ai l’impression de recevoir de ses nouvelles 100 ans plus tard ! De pus les photos illustrent fort bien le parcours de la 5e compagnie. Merci à vous pour cette publication inespérée …

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.