20 décembre

Repos à Florent

On se lève tard ; il est 8 heures. Le temps n’a pas changé, mais la pluie tombe cependant moins forte.

Boueux comme nous sommes, nous n’avons pas de goût à nous nettoyer. Cependant il faut faire un brin de toilette, car c’est dimanche aujourd’hui et si on veut aller à la messe et entendre la voix magistrale de notre aumônier…

À 10 heures, Carpentier, Jombart et mon cousin m’accompagnent. Pas de musique cette fois. L’aumônier nous parle de la fête de Noël qui approche et d’une messe de minuit. Serons-nous là ? J’en doute beaucoup. Les tranchées*, ce jour, seront sans doute notre lot. Enfin, le devoir prime tout.

Je vois à la sortie mes amis sous-officiers de la compagnie, Lannoy, Culine, Cattelot, Gibert, Maxime Moreau. Ceux-ci prennent leur repas ensemble dans une maison située dans le premier cantonnement* occupé par nous, près de la rue C, chez le père Thomas, le coiffeur de Florent. Ils me racontent les « tuyaux » que tout coiffeur donne, en particulier que des batteries japonaises « ! » sont arrivées à Florent et qu’une grande offensive se prépare. J’ai déjà passé entre les mains du père Louis ; je vois qu’avant la guerre il devait être tondeur de chiens et de chevaux. Enfin, sur la place, parmi notre petite réunion, ce sont des explosions de rire. On se donne rendez-vous pour 5 heures ce soir au concert. Sur les instances, je promets de chanter et d’amener Pignol, mon fameux agent de liaison* dans son répertoire.

Nous nous quittons et chacun se rend à sa popote*. Nous restons longtemps à table, installés d’une façon rudimentaire mais mangeant et buvant gaiement. Dehors la pluie a cessé depuis la messe, mais il fait une boue qu’on regarde à deux fois d’affronter.

Assis sur mon sac, j’adresse aux miens mes vœux de bonne année, souhaitant que 1915 voie la France victorieuse et le retour dans nos foyers.

Vers 3 heures, je vais chercher Pignol qui se trouve dans son escouade* car notre local est trop exigu pour prendre avec nous les agents de liaison en second. Nous allons ensemble au concert et nous faisons inscrire pour quelques chansonnettes.

Cliquer pour voir l'image en taille réelle

Pignol, des plus gais, prend un pseudonyme qui lui sort je ne sais d’où et s’intitule « Dargère » (?). C’est une bonne soirée en perspective avec une claque monstre de la part de nos amis. On nous indique une entrée spéciale, des places réservées ; je monte sur l’estrade et fais quelques roulades sur le piano.

Nous voici donc artistes. C’est charmant. À 5 heures 30, nous entrons par le foyer (!) au milieu d’une fanfare qui attaque un pas redoublé. Les premiers numéros paraissent. La salle est comble, ayant quelques officiers au premier rang, en particulier le médecin-chef de la 4e division d’infanterie qui préside.

Je chante ma chansonnette [1] sur le 147e en Argonne, de ma composition.

J’obtiens un grand succès, plus grand que je ne l’avais espéré, surtout que mes amis ne me ménagent pas une claque fournie.

Pignol se dépense sans compter. Artiste accompli aux mimiques désopilantes, il fait rire aux larmes l’auditoire et se fait bisser plusieurs fois. Le pauvre garçon en a chaud.

Une petite saynète donnée par deux camarades du 20e et un artilleur termine la séance qui est des plus réussies. Je rentre heureux, félicité à mon hôtel. Décidément ma chanson a du succès.

En voici d’ailleurs quelques fragments, les plus intéressants :

2e couplet

Il y a relève ce soir à la Gruerie,
On va faire son petit stage en tranchées ;
Le régiment et son colon défilent,
Et allez voir on sent que ça va barder :
Il ne fait pas de fla, fla,
Mais il est un peu là
!

Refrain

Le 147                                Pan pan Pan pan
Avec lui
ça pète-sec,                          d°
Tenez-vous bien, les boches,            d°
Il va vous trouer la caboche,           d°
Demain matin                                  d°
Il se mettra au turbin                      d°
Et bientôt ses pruneaux                  d°
Vont vous chatouiller la peau.     

3e couplet

Il fait nuit noire ; on se casse la bobine ;
Il pleut, ça glisse, et puis il y a des trous.
C’est des obus, chacun se l’imagine,
Qui ont flanqué cela un peu partout.
Voici La Harazée,
Vivement les tranchées !

Refrain

On monte la côte,                Pan pan Pan pan
Elle n’est pas rigolote ;                    d°
Ouf ! Nous voilà dans le bois ;       d°
Aïe ! Mais ça siffle, quoi !                d°
Damné métier,                                d°
Tiens, voilà le sentier,                     d°
Attention aux socquettes !             d°
Comme balade, c’est rien chouette !

 Autre couplet

Et qu’on roupille ! On en tressaille d’aise,
Les yeux fermés, la tête bien au repos.
Mais on éprouve soudain comme un malaise,
Des chatouillements tout le long de la peau.
Ça, vieux, c’est des machins
Qui nous viennent de Berlin !

Refrain

Bientôt on voit                     Pan pan Pan pan
Des gens remplis d’effroi,                 d°
Aux lueurs de chandelles                 d°
Se grattant les aisselles ;                  d°
Et chacun d’eux                                d°
Trouve, ah ! Le malheureux !          d°
Des nichées de… petits frères…    d°
Ce que ça gratte ! Aïe, ma mère !

 Avant-dernier couplet

Cote 211 ! Encore un drôle de machin !
Là, pas de boches, c’est le jardin du repos.
Quelques obus font un peu de potin
Mais nous avoir, ah ! Pour ça, c’est la peau !
Avec la Seigneurie
Comme abri pour la nuit :

Refrain

C’est ce qu’on appelle
Son séjour à Grenelle.
Après ça tranquillement
On se ramène à Florent.
Là on tripote,
On touche des tas de camelote,
On boit du picolo
Et on redevient costaud.


[1] Chansonnette et chansons…, pour en savoir plus : 1914-1918 : La chanson dans la Grande Guerre 10/10/2014 (article Bibliothèque Municipale de Lyon)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.