Archives quotidiennes :

9 septembre

Au petit jour, les compagnies changent de position. La 5e se place dans le bosquet à 100 mètres à droite devant notre meule, la 6e dans celui à 100 mètres à droite sur la parallèle, la 8e dans celui de gauche ainsi que les chevaux des deux sections mitrailleuses, la 7e j’ignore.

Le temps est bon.

Jacques communique des ordres au galop à cheval entre Thiéblemont et nous.

Extrait de "La Grande Guerre par les artistes" - par Hermann-Paul.

Extrait de « La Grande Guerre par les artistes » – par Hermann-Paul.

Un des peupliers, tout près de nous, a reçu un obus à mi-hauteur. Il est encore debout.

Rigault147RI

http://147ri.canalblog.com/

Vers 9 heures, c’est un bruit assourdissant d’artillerie. Nous ne nous montrons pas et ne bougeons pas de notre coin. Nous recevons la visite du capitaine Rigault, récemment promu, qui commande la 7e compagnie. Il a toujours le sourire aux lèvres.

Thiéblemont brûle en grande partie. Les premières maisons du village sur la route Favresse Thiéblemont valsent sous les obus.Gallica-Thieblemont14Vers midi, nous recevons la nouvelle. Le général Lejaille*, commandant la brigade, est blessé grièvement dans Thiéblemont avec une partie de son état-major. Le colonel Rémond, plus ancien, le remplace. Le lieutenant-colonel Saget prend le commandement du 2e bataillon.

Le commandant Saget était donc bien lieutenant-colonel. Il part avant l’arrivée du capitaine Sénéchal, assez ennuyé parce qu’il quitte sa compagnie, endosse plus de responsabilité et n’a aucune consigne.

Nous communiquons les nouvelles aux compagnies. Le capitaine Aubrun envoie ses félicitations à son ami Sénéchal.

Les obus tombent, nombreux. Nous passons toute notre journée derrière la meule, étendus.

Vers 4 heures, on annonce que Courquin est blessé. Le caporal fourrier* Huvenois le remplace près de nous.

Le soir tombe. Les cuisiniers vont chercher le ravitaillement à Thiéblemont.

À 10 heures, je vais voir sur la route. Les cuisiniers y font la popote*. Je vois pour la première fois comment ils écrasent le café… Un couvercle de bouteillon rempli de grains de café posé sur la terre : on écrase les grains avec la plaque de couche [voir commentaire ci-dessous] et la crosse du fusil.

Je mange un morceau près de mon cuistot et bois un excellent quart* de café : « jus ».